FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Un préservatif, créé par un architecte Géorgien, a été présenté revêtu du célèbre monogramme de la non moins célèbre bagagerie de luxe. Un projet de soutien à l’AMFAR (American Foundation for Aids Research), qui est une des fondations les plus importantes au monde en matière de lutte contre le SIDA, fondée en 1985 par Liz Taylor. Il coûterait tout de même environ 55 €…

Entre le chic et le scandaleux… une toute petite chose qui fait grand bruit.

Coming Chic - Louis Vuitton

Coming Chic – Louis Vuitton

La nouvelle a fait bondir de nombreuses associations, sans doute davantage pour le prix de la chose que pour le luxe des lettres LV sur une pochette de préservatif. Pour certains, c’est le nec plus ultra, le summum du chic et du glam-sex… et pour de très nombreux autres, ce serait plutôt le top du ringard, voire du scandaleux. Nous ne nous positionnerons pas par rapport à ce jugement, nous trouvions simplement plutôt malin de la part d’un architecte, de faire le buzz en créant (pour une bonne cause) un préservatif qui arbore fièrement l’une de marques les plus prestigieuses du monde ! Par ailleurs, n’est-ce pas étonnant que ce soit un architecte qui ait dessiné un petit équipement aussi intime, qui n’est pas destiné à rester solide bien longtemps (mais le temps qu’il faut quand même) ? Les spécialistes expliquent que même une « capote » doit être dessinée et conçue avec beaucoup de soin… Irakli Kiziria l’a donc fait.

De la couleur du latex à la pochette, chaque détail respecte l’image de la marque.

Tout est en effet très Vuitton… des tons de l’emballage au fameux monogramme et jusqu’à la couleur du latex lui-même, qui porte aussi le célèbre logo, clairsemé un peu partout. Ce dernier est d’ailleurs réalisé en relief pour « plus de plaisir » nous précise-t-on, très sérieusement. L’empire de la bagagerie de luxe n’ignore rien de ce condom un peu exceptionnel et a précisé qu’il ne s’agissait que d’une action personnelle de son auteur. En effet, l’architecte-ingénieur-concepteur-bon coeur n’a pas obtenu l’autorisation de la marque, pour commercialiser son produit. Il n’empêche que son prix de vente a été fixé à environ 55 € et a donc fait sortir de leurs gonds de nombreuses associations de prévention contre le SIDA ou le sexe à risque. Pourtant, même si cela rend en effet la galipette protégée très onéreuse, le préservatif « Vuitton » a été créé pour la Fondation AMFAR. Il faudra donc être attentif au développement du projet et à l’utilisation des fonds qu’il permettrait de réunir. Comme il ne peut être réellement commercialisé, on peut supposer qu’il n’a été conçu que pour faire parler de lui et servir dans un cadre événementiel et humanitaire, chapeauté par la Fondation. S’il devient un collector, il sera alors certainement très chic de le sortir de sa poche au moment voulu…

En tout cas, il y a fort à parier que le Sieur Louis Vuitton (1821-1892), malletier de son état et qui a fondé l’entreprise en 1854, soit en train de se retourner dans sa tombe… ou d’en rire franchement. A Coming Chic, cela nous a fait simplement sourire et si ce petit objet du scandale pouvait aider à réunir de nombreux fonds au profit de l’AMFAR, personne ne s’en plaindra en fin de compte. Attention, cela ne servirait à rien de vous précipiter dans les boutiques Vuitton du monde entier, puisqu’il n’y est pas vendu. Cela ne provoquerait, probablement, que le malaise du personnel…

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire