FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Le rêve de l’homme a toujours été de voler et il faut bien le reconnaître, depuis deux siècles il a fait de sacrés progrès. Si aujourd’hui le privilège de voler en avion ou en hélicoptère est réservé à une élite financière, on peut espérer qu’un jour ce plaisir se démocratisera pour devenir, pourquoi pas, un moyen de transport « tout venant ». En attendant, un hélicoptère coûte tout de même beaucoup moins cher qu’un avion, aussi petit soit-il. Au printemps 2016, la start up allemande e-volo a effectué le premier vol avec pilote de son Volocopter VC200. Avec cet appareil mi drone – mi hélicoptère, l’entreprise espère bien creuser le premier sillon d’un grand champ de recherches, qui permettront d’ouvrir la voie à ce mode de transport concret du futur.

18 rotors et un joystick… il est entièrement électrique, mais ce n’est pas un jeu.

Le Volocopter VC200 est donc entièrement propre. Il est biplace, totalement électrique et pèse environ 450 kilos. Beaucoup l’ont rebaptisé « multicopter », à cause de ses nombreuses hélices (18 au total) situées au-dessus de la cabine. Elles sont mises en route par 18 petits moteurs, d’une puissance cumulée d’à peu près 50kW. L’énergie totale nécessaire au décollage et au maintien en vol du Volocopter est stockée dans des batteries embarquées, d’une puissance totale de 15kWh. Le casse-tête de tous les ingénieurs qui conçoivent des véhicules électriques, quels qu’ils soient, est évidemment l’autonomie. Actuellement, celle de ce nouveau joujou est d’environ vingt minutes en vol. C’est trop peu pour une exploitation courante et e-volo aimerait monter rapidement à une heure. En attendant d’atteindre un résultat électrique totalement satisfaisant, le fabricant planche donc sur une version hybride, qui couplerait l’électricité à un moteur à combustion. Cette solution permettrait sans doute d’atteindre plusieurs heures d’autonomie. L’envergure du Volocopter est de quasi neuf mètres. Il décolle et atterrit à la verticale et peut atteindre la vitesse de presque 100 km/h en vol. Le confort de pilotage est assez étonnant, puisque l’appareil ne se dirige qu’à l’aide d’un joystik. Le passage du simulateur au vol réel en est certainement et grandement facilité.

Le pilotage du Volocoptère serait aussi simple que sécurisé.

Coming Chic - EVolo

Coming Chic – EVolo

Les informations transmises par le pilotes grâce au joystick se résument finalement à leur plus simple expression. Il s’agit en fait essentiellement des commandes de décollage et d’atterrissage, par l’intermédiaire d’un simple bouton situé à hauteur du pouce. Pour le reste, il s’agit des indications des directions de vol. Toutes les opérations plus complexes sont prises en charge par le système électronique embarqué, que les spécialistes disent plus qu’ingénieux. Le pilote ne gère donc plus, entre autres, les vitesses minimales, le contrôle de l’assiette (stabilité de l’appareil) et de nombreuses autres données, généralement dévolues au pilote d’un hélicoptère dit classique. C’est assez novateur et, d’après ses concepteurs, le pilotage du Volocoptère serait réellement « enfantin » et pourrait être confié à n’importe qui, ou presque. Une sorte de duplication redondante des composantes électroniques vise à assurer une poursuite sécurisée du vol en cas de panne d’une de celles-ci. Quant au nombre réduit des pièces mécaniques, il limite aussi l’entretien, particulièrement onéreux en général. Un atout économique supplémentaire donc, pour ce nouveau coucou, sans doute réellement révolutionnaire.

La réalité a déjà rejoint la fiction et les commandes sont ouvertes…

Coming Chic - EVolo

Coming Chic – EVolo

En février 2016, la société de Karlsruhe a reçu son premier permis de vol expérimental, de la Fédération Allemande d’ULM, pour le prototype du VC200. Il y a eu une centaine de vols pilotés à distance, avant un premier vol habité, qui a été homologué à la fin du mois de mars dernier. Pour la production en série il faudra une nouvelle autorisation, mais cela semble plutôt bien parti. Gageons que si e-volo n’était pas certain de l’obtenir, les commandes seraient encore bloquées… D’ailleurs, le Volocoptère a obtenu le prix « champion COP21 du climat », lors de la réunion du même nom qui s’est tenue l’année dernière à Paris. Rappelons que dans sa version totalement électrique, l’appareil n’émet strictement pas de CO2 . La commercialisation du Volocoptère devrait donc débuter dès 2018, selon le fabricant allemand. Ses concepteurs tablent sur la vente de plusieurs centaines d’exemplaires par an, à moyen terme. Le permis nécessaire étant assez facile à obtenir, il se pourrait bien que ce nouvel appareil devienne un succès auprès des privés… Ceci étant dit, on ne parle pas ici de monsieur ou madame tout le monde, puisqu’il faudra tout de même signer un chèque d’environ 250.000 €, pour s’offrir son petit Volocoptère. Nous n’en sommes donc pas encore à une réelle démocratisation, mais cela semble en bonne voie. Ce n’est finalement que le prix d’une voiture… de grand luxe, il est vrai !

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire