FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Qui ne connaît pas l’universellement célèbre Château de Versailles ? Qui est passé à Paris sans aller le découvrir, souvent les yeux écarquillés devant la somptuosité des lieux, la grandeur des jardins, le génie des systèmes d’irrigation et des Grandes Fontaines ? Certains d’entre vous ont peut-être découvert l’an dernier la sérié télévisée sobrement intitulée « Versailles » et dont la suite est actuellement diffusée en France… Personnellement, je l’ai trouvée à la hauteur de sa consœur « les Tudors ». Même mise en scène léchée, lumières munificentes, acteurs excellents et sans excès, costumes somptueux et respectant l’époque à l’épingle près… bref, on y ressent l’impression de réellement se balader dans le Château du Roi Soleil et de tous les superlatifs. C’est en 1717 que le Star Pierre le Grand s’y est rendu, à l’invitation du Roi Louis XV, non seulement pour des raisons de protocole, mais aussi concrètement politiques et commerciales. Aujourd’hui, pour fêter les 300 ans de cette visite, Versailles se souvient… et cela vaut vraiment la peine de découvrir cette exposition exceptionnelle. Jusqu’au 24 septembre…

Une visite officielle du Star moderne, pour se souvenir…

Plus chic que le Château de Versailles, c’est difficile à trouver, sauf si on aime le bling bling de mauvais goût, auquel cas on trouvera la Trump Tower et ses dorures du meilleur goût… Si aujourd’hui la Russie est officiellement une république, Vladimir Poutine a pu se croire (réellement pour une fois) devenu le Tsar de toutes les Russies modernes, en étant reçu avec tous les honneurs par le Président Emmanuel Macron à l’occasion de l’ouverture de cette exposition. Sans doute pour des raisons aussi diplomatiques qu’il y a 300 ans, le Président a pris la décision de recevoir Monsieur Poutine avec tout l’éclat, la splendeur et les ors de Versailles, plutôt qu’à l’Elysée. Si cela peut sembler être un privilège, c’est surtout une décision d’une grande portée diplomatique, qui permit à cette visite de Vladimir Ier de n’être pas d’Etat… mais officielle quand même. Si le nouveau Président français est jeune, il ne l’est pas autant que Louis XV qui reçut l’Empereur à l’âge d’à peine 7 ans. Il n’en est sans doute pas moins fin stratège, comme le fut ce second Roi enfant, successeur le Roi Soleil et légendaire Louis XIV, également monarque à l’âge des culottes courtes…

Un peu d’Histoire, quand même…

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Il est des moment où il faut bien faire un tout petit peu d’Histoire, avec un grand « H »… ce qui convient d’ailleurs parfaitement à la période de révisions dans laquelle des millions d’élèves et étudiants sont plongés en ce moment, en France autant qu’en Belgique. Mais qui était donc le Tsar Pierre le Grand, dont nous parlons ici, à l’époque de cette visite historique ? Héritier de la dynastie Romanov (1672 – 1725), il gouverne la Russie depuis 28 ans déjà, quand il se rend en France. Au début de son règne et durant plusieurs années déjà, ce grand réformateur avait parcouru l’Europe en tous sens, afin d’inspirer ses plus grands projets. Il ne s’était pourtant par encore rendu en France, qui avait refusé de le recevoir pour des questions diplomatiques diverses, sur lesquelles il est impossible de revenir en détails ici, sous peine de devenir franchement casse-pompons… Mais il tenait à visiter Versailles et à s’en inspirer… Grâce au travail discret mais efficace des diplomates, c’est chose assurée lorsqu’il est enfin invité par le jeune Louis XV, pour sa plus grande satisfaction.

Sur les traces d’un séjour historique parisien, de deux mois.

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

C’est cette visite à Paris et dans ses environs (mai et juin 1717), qui est commémorée à l’occasion de la somptueuse exposition organisée au Grand Trianon, jusqu’au 24 septembre prochain. Il est important de relever que cet événement est le fruit d’une collaboration exceptionnelle entre le Château de Versailles et le Musée de l’Ermitage. Elle présente plus de 150 œuvres majeures – peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits – dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg. Le Tsar Pierre Ier arrive donc à Paris le 21 avril 1717 et il y restera jusqu’au 21 juin. Deux fois au court de cette visite dans l’hexagone, il viendra à Versailles, où il sera logé au Grand Trianon. L’exposition retrace pas à pas ce double séjour qui, je le rappelle car cela fait étrangement écho à celle de Vladimir Poutine pour inaugurer cette commémoration, n’est pas vraiment officiel mais libre et donc sans caractère de visite d’État.

Quand le Star prend le Roi de France dans ses bras…

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Le prestigieux invité de Versailles bousculera plusieurs fois le protocole, un peu à l’instar d’Emmanuel Macron en 2017, qui aime aussi à jouer avec les nerfs de ses services protocolaires et de sécurité. Ce sont aussi ces similitudes entre la Grande Histoire et la réalité de celle de nos jours, qui m’a poussé à mettre en avant cette exposition. Il est toujours amusant de relier le passé au présent, grâce aux grands événements de ce genre, rappelant l’importance de la culture et du partage de la mémoire en ces jours troubles… Un peu à l’image du jeune Président français, qui embrassa le crâne d’une admirateur chauve le week-end dernier devant sa villa du Touquet (qui n’a tout de même rien de commun avec le Château de Versailles), la rencontre entre l’Empereur et le Roi de France, âgé de sept ans à peine, marqua les esprits des personnalités, courtisans et diplomates qui y assistèrent. En effet, ne respectant pas du tout les codes de l’étiquette et du protocole royal, lorsqu’on lui présente l’enfant monarque, le Tsar le prend spontanément dans ses bras ! Nombreux sont les témoignages de la scène laissés par des invités ébahis, dont Saint-Simon être autres, qui permettent de retracer la scène autant que l’ensemble du séjour impérial. Comme lors des visites actuelles de chefs d’états, le but de celle du Tsar était autant commercial que diplomatique. D’une part il fallait signer une alliance franco-russe contre la Suède et d’autre part, un traité commercial liant les deux pays. Enfin, hormis les raisons officielles de sa visite, Pierre le Grand (qu’on peut considérer comme le fondateur de la Russie moderne) voulait surtout voir ce que la France possédait de plus prestigieux, afin d’en adapter le plus remarquable dans son pays. Ce n’est pas pour rien qu’il entreprit rapidement ensuite de lourds travaux au célèbre Château de Saint-Pétersbourg et dans ses environs…

Une visite qui n’est pas qu’un séjour tranquille à Versailles.

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

Coming Chic Un Tsar à Versailles… Pierre le Grand est de retour !

L’empereur profite de son séjour parisien pour se rendre à l’Académie des Sciences (dont il devient membre honoraire), à l’Observatoire, à l’Hôtel Royal des Invalides et à l’Hôtel de la Monnaie (où on frappe d’ailleurs une médaille en son honneur). Il visite aussi la prestigieuse Manufacture des Gobelins, qui lui inspirera la création d’une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Il découvre aussi les marchands parisiens incognito, comme un simple particulier et fait provision de livres ou encore d’instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d’usage à l’époque, cette visite est marquée par l’échange de prestigieux cadeaux diplomatiques… à l’image de la tenture du Nouveau Testament offerte au Tsar par Louis XV, composée de quatre tapisseries d’après Jouvenet et conservée aujourd’hui encore au Musée d’État de l’Ermitage. L’exposition met aussi en avant les rapports de l’Empereur avec les artistes français. Dès 1716, il avait attiré à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels le peintre Louis Caravaque, mais aussi l’architecte Jean-Baptiste Le Blond et le sculpteur Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France, il est aussi « portraituré » par deux artistes de renom : Jean-Marc Nattier et Jean-Baptiste Oudry.

Ce qu’on peut aussi retenir de ce souverain de légende est qu’il fut autant guerrier que voyageur. Pierre le Grand parcourut en effet le monde pendant près de quarante ans, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de Hollande jusqu’en Moldavie et de l’Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s’imposer pour la postérité, comme l’un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur aussi d’une nouvelle Russie. C’est d’ailleurs certainement la raison symbolique de la visite que Vladimir Poutine (un peu Tsar moderne, il faut bien l’avouer) a faite à Paris, pour inaugurer cette exposition de prestige à l’initiative du Président Emmanuel Macron, plus jeune chef de l’Etat français depuis de le dernier des… Napoléon !

Au Grand Trianon (Versailles)
du 30 mai au 24 septembre 2017
du mardi au dimanche de 12h à 18h30
(dernière admission à 17h30).
www.chateauversailles.fr

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire