Selon la Commission Européenne, les horaires d'hiver et d'été ont vécu... une décision devrait être rapidement prise pour qu'en octobre, nous passions à l'heure d'hiver pour la dernière fois dans l'Union. En mars, ce serait donc l'ultime changement d'heure et chaque pays choisira celle qu'il désire adopter. Retour probable des décalages horaires en vue...

Je ne tente même plus de compter les restaurants italiens de Bruxelles car ce serait quasi mission impossible ! D’abord parce qu’ils y sont pléthore, ensuite car ils ouvrent et ferment aussi vite et bruyamment que les portes claquent dans un vaudeville. Il y a à boire et à manger en la matière et c’est le cas de le dire. On trouve des tables sympas et correctes, qu’on fréquente dans notre quartier et qu’on retrouve avec plaisir. Il y a celles qu’on ne connaît pas et où on entre par hasard pour en sortir une heure plus tard, totalement écœuré de ce qu’on y a « mangé ». Il y a aussi celles où tout est congelé et puis les autres, où dans la cuisine une vraie Mama respecte les traditions et régale ses clients. Bref, comme en pour bien d’autres cuisines du monde (asiatique, grecque, maghrébine…) il y a du très bon et du nettement moins agréable. Mais il y a un créneau sur lequel on trouve peu de tables italiennes : le restaurant de qualité certes, mais surtout élégant. Pas de cinéma, de pâte à pizza qui tourne en l’air ni de patron « Casanova », frisant parfois la comedia dell’arte… Non, dans ces maisons tout est simple, élégant, raffiné et authentique. Elles sont rares et donc précieuses… Nous avons découvert I Trulli.

Pierino a ouvert sa maison il y a 33 ans et son sourire ne s’efface pas.

Pierino est connu à Saint-Gilles comme le veux loup depuis plus de trente ans et son amour pour sa belle région des Pouilles se retrouve dans l’assiette généreuse et élégante qu’il propose. Les recettes traditionnelles de ce joli petit coin d’Italie sont parfois modernisées, mais toujours fidèles aux saveurs d’antan. Les produits sont frais et de saison, les charcuteries et fromages viennent tout droit d’Italie et les pâtes sont fraîches. La carte suit toujours les saisons et Pierino n’aime rien plus que de prendre plaisir à vous servir lui-même. En même temps que lui, c’est tout le soleil des Pouilles qui arrive à votre table ! Dans quelques mois (sans doute en septembre) il installera aussi un véritable bar à vins au cœur-même de son restaurant et vous pourrez y déguster de nombreux nectars. Mais ça, nous aurons l’occasion d’en reparler. En tout cas, si vous avez comme nous de la chance avec la météo, déjeuner sur la terrasse est un bonheur. La rue Jourdan ressemble à un petit bout de Montmartre et quand le soleil est aussi de la partie, on a presque l’impression d’être au cœur d’un petit village des Pouilles !

Des entrées simples, généreuses et aux saveurs authentiques.

Je suis un grand amateur d’asperges devant l’éternel et quand il y en a à la carte, je ne peux y résister ! Parfois, c’est une grosse déception : aucune saveur, trop ou pas assez cuites, mal épluchées… Ici, elles sont de Malines et donc parfaites, mais surtout cuites exactement comme il faut. Les Asperges Blanches à la Veneta (23 €) sont une recette de Vérone et elles sont très proches de la bonne vieille recette « à la flamande » que les belges apprécient tellement. Une huile d’olive savoureuse et très fruitée remplace généreusement le beurre fondu traditionnel de nos grand-mères et l’œuf dur (pas trop cuit et moelleux) est émietté pour venir se répandre sur ce légume originaire de la méditerranée (ce qu’on ignore souvent). Tout ça sent délicieusement bon et l’huile d’olive fait chanter l’assiette.

Sous le franc soleil printanier qui nous accompagnait ce jour-là, Murielle a choisi de la fraîcheur et la mer, en jetant son dévolu sur les Six Huitres Creuses de Gillardeau de Marennes d’Oléron (28 €). J’en ai goûté une, parce que je suis très voleur quand on mange en face de moi des huîtres et mon amie n’a pas échappé à ma cleptomanie gastronomique ! Les mollusques marins de cette maison plus que centenaire sont très réputés et leur qualité est irréprochable. C’est iodé, ça a du caractère et on est loin des huîtres sans saveur ni parfum qu’on rencontre malheureusement parfois. Elles sont si savoureuses que je n’ai aucune envie d’y ajouter la moindre goutte de jus de citron et je me contente donc d’un petit tour de moulin à poivre… noir, of course. Pas de poivre en poudre, ce serait un crime de lèse-majesté !

Un plat unique pour deux… sans doute le meilleur que vous trouverez à Bruxelles.

Je suis un fou de poissons, mais vous ne l’ignorez plus depuis un an et quelque, et lorsque j’ai vu sur la carte un Bar entier en Croûte de Sel (78 € pour deux personnes)… j’ai fait mes meilleurs yeux de merlan frit, super efficaces lorsque je dois supplier quelqu’un. Ni une ni deux, Pierino semblait ravi de ce choix. Normal, c’est ce qu’il considère comme le plat « signature » de sa maison et je comprends rapidement pourquoi. Il n’est pas peu fier en nous présentant la bébête et je sais instantanément que nous allons lui faire un sort, sans aucun remord ! Le bar est superbe et en véritable pape de la mer, le voilà tout habillé de blanc, dans une généreuse croûte de sel et j’ai hâte de le voir revenir sur mon assiette… Je ne suis franchement pas déçu et c’est d’une simplicité qui confine à la modestie absolue. Pourtant, côté saveurs on dirait que le poisson est en fête et il nous fait un véritable carnaval sur les papilles. La chair est tendre et ferme à la fois, ça a du goût et c’est fondant… pour parure, il n’a enfilé qu’un joli manteau d’huile d’olive très parfumée, de basilic frais et quelques mini tomates des Pouilles lui servent de boutons. En tout cas l’opéra gustatif est à la hauteur du costume de ce noble bar, pêché dans l’atlantique français. Une jolie petite pomme dauphine dorée l’accompagne, croustillante dans sa pâte à choux impeccable et très fine. Le poisson est rosé à la raie, je frétille de bonheur car je suis en train de déguster le meilleur bar en croute de sel de ma petite vie, rien moins que ça et je jure que ce n’est pas de la flagornerie. Bravo Pierino… voilà un incontournable ! Nous avons accompagné notre déjeuner de vin blanc maison au verre, un frais et sec Verdiccio (7,50 €).

Un dessert explosif de saveurs…

Ce délicieux déjeuner au soleil bruxellois ne pouvait que se finir en douceur… et ce fut le cas grâce à un dessert plein de parfums et de saveurs du sud. Nous avons dégusté une superbe assiette où se mariaient à la perfection des figues pochées dans le vin rouge, une purée de bananes et des amandes rôties… au milieu de laquelle semblait se pâmer une savoureuse boule de glace artisanale à la vanille. Le petit biscuit maison apportait à l’ensemble le croustillant qu’on attend d’un dessert, pour qu’il clôture le repas sur une jolie musique craquante. Ce délice sucré à 15 € (qui ne tombait pas dans l’excès douçâtre) a précédé un espresso aussi parfait que je l’attendais dans cette belle maison italienne.

Pierino et son élégant restaurant, reflétant fidèlement la générosité et le soleil des Pouilles, sont des incontournables si vous cherchez une table italienne fière de ses racines et généreuse. La qualité des produits, la gentillesse du personnel et le sens inné de l’accueil du propriétaire, ne pourront que vous enchanter. Nous y retournerons à la rentrée pour vous présenter le futur bar à vins… et cette fois pour y dîner, afin de vous montrer à quoi l’endroit ressemble en habits de soirée.

Site officiel : www.itrulli.be

Notation Clic Infos : 4 Clics
(1 Clic = moyen – 2 Clics = correct – 3 Clics = Table de qualité – 4 Clics = table de grande qualité – 5 Clics = Table d’exception).

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.