Dans sa dernière screenterview, Maxime Gentges notre chroniqueur sportif et meilleur gymnaste belge, annonçait son retour prudent à l’entraînement suite à l’opération qu’il a dû subir au poignet après les championnats du monde de Montréal. Il a donc effectué une semaine de stage à Bruges, en compagnie de tous les gymnastes de l’équipe nationale belge. Des retrouvailles importantes à la veille du début des épreuves de sélection pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo. D’autre part, il a décidé de se mettre au « régime » … et de vous raconter comment ça se passe. Les athlètes de très haut niveau surveillent attentivement leur nutrition et Maxime a décidé de partager son expérience avec vous, surtout qu’il veut perdre… trois méchants kilos !

Une semaine de stage à Bruges avec l’équipe nationale…

Bonjour à tous,

Pour commencer l’année dans les meilleures conditions, nous avons passé une semaine en stage à Bruges, avec l’ensemble de l’équipe nationale. Je rappelle qu’en 2018 nous entamerons la première partie des sélections pour les Jeux Olympiques de 2020. Du coup… pas le temps de rigoler ! Et on peut dire que l’année a bien débuté pour la gymnastique belge ! C’est toujours un plaisir de retrouver les membres de l’équipe. Pour ceux qui ne le savent pas, la plupart du temps je m’entraîne à Mons, dans un centre de haut niveau regroupant les meilleurs gymnastes francophones et germanophones. Un centre équivalent regroupe les néerlandophones à Gand. Bien compliqué pour un si petit pays me direz-vous, mais comme tout le reste en Belgique je trouve… ça ne fonctionne pas si mal, au final. Du coup, c’est toujours sympa de se retrouver pour des stages comme celui-ci et pas seulement en compétition. C’est l’occasion de prendre des nouvelles des autres, de voir leur évolution et surtout d’échanger quelques astuces pour s’améliorer, augmenter notre niveau et par la même occasion celui de la gymnastique belge. Le truc cool, c’est que lorsque vous regroupez au même endroit une bande de potes, sportifs de haut niveau, compétiteurs dans l’âme et le tout dans une bonne ambiance, ça envoie souvent du lourd à l’entraînement. Et ça c’est bon… J’avoue que j’étais un peu moins motivé cette fois, pour retrouver la troupe. En effet suite à l’opération, je n’étais pas encore capable de faire grand-chose et l’idée de voir les autres se titiller pour apprendre de nouveaux éléments sans pouvoir participer, ne m’emballait pas trop. Je suis donc arrivé à Bruges avec une certaine appréhension, de la frustration et on peut même dire des pieds de plomb. Mais une fois dans la salle d’entraînement : booom… le sursaut d’orgueil !

Je ne sais pas si c’est l’émulation qui en est responsable ou la bonne choucroute du nouvel-an (une tuerie), mais mon poignet a fortement (et bien) évolué cette semaine et j’ai donc été en mesure de reprendre certains agrès. Je recommence petit à petit, mais quel plaisir de retrouver ces sensations, cette adrénaline quand exécute des lâchers à la barre fixe, par exemple. J’étais en kif total ! J’ai tellement apprécié, que je me suis d’ailleurs un peu enflammé. Mon esprit était prêt, mais le physique lui… a eu un peu plus de mal. J’ai toujours eu des difficultés à me contrôler à l’entrainement. On dit souvent que le sportif qui dure est celui qui sait se ménager, mais c’est encore un concept difficile à accepter pour moi. Comme je reviens de blessure, je ne suis pas encore au top physiquement et du coup, après deux jours intensifs à hauteur de six heures par jour, j’étais K.O. : le mental en voulait, mais le corps n’en pouvait plus. Et comme la gymnastique reste un sport à risques, parfois il vaut mieux s’arrêter avant qu’un accident ne se produise. On m’a donc gentiment suggéré de me reposer un après-midi… Sur le coup, je dois avouer que j’ai été pas mal frustré et même légèrement énervé, mais j’en ai profité pour aller m’aérer, me promener dans la magnifique ville de Bruges et prendre un peu d’avance pour mes examens, qui approchaient à grands pas d’ailleurs. Je peux remercier mon frère, qui est par la même occasion mon coach depuis peu, de m’avoir « forcé » à quitter la salle un peu plus tôt pour me ressourcer, parce que dès le lendemain j’étais beaucoup plus en forme et capable de donner à nouveau le maximum. La suite du stage s’est parfaitement déroulée et je suis gonflé à bloc pour entamer cette nouvelle saison. Pourvu que mon poignet se rétablisse rapidement et que je puisse revenir à fond !

Bonne résolution : je me mets au « régime » !

Depuis l’opération d’octobre, je ne m’étais plus trop mis sur la balance et le constat est lourd (c’est le cas de le dire). En effet, même si par réflexe j’aime manger sainement, j’apprécie aussi de temps en temps de « profiter un peu » et de m’accorder quelques petits plaisirs. Après les championnats du monde et l’intervention, je suis parti en Italie pour m’accorder une semaine de vacances. Hmmm, l’Italie… tant de bonnes choses à manger ! Ne m’en veuillez pas, mais je me suis senti dans l’obligation de tout goûter. Entre pâtes, pizze, parmesan et gelati… tout y est passé ! Et quand on combine ça avec une période de fêtes, on prend vite quelques kilos. Mais pas question de laisser la situation perdurer. Du coup… je me reprends en main.

Objectif : perdre 3 kilos en un mois.

Avec tout le sport que je fais, perdre trois kilos ne devrait pas être si difficile. Cependant, il ne faut pas que j’adopte un programme alimentaire trop restrictif, car je dois préserver assez d’énergie pour être capable de m’entraîner de façon optimale. Pour perdre du poids, il faut simplement que mon total calorique soit inférieur à ma dépense énergétique quotidienne. Cependant, il faut garder à l’esprit que la nourriture est notre principale source d’énergie et d’apports en nutriments. Du coup, si je ne veux pas tomber à court de carburant après quelques jours et ne plus être en mesure de suivre mon programme sportif, il faut que je parvienne à ingérer une quantité suffisante de calories, tout en étant en déficit calorique… pour perdre légèrement de la masse grasse chaque jour. Il ne faut pas sous-estimer le stress auquel notre organisme fait face, lors d’un régime hypocalorique. C’est pourquoi, si vous aussi voulez éliminer ces quelques kilos emmagasinés durant les fêtes, je ne peux que vous recommander de consulter un professionnel de la nutrition. Un régime hypocalorique peut avoir des conséquences lourdes, notamment au niveau hormonal… il n’est donc pas question de faire n’importe quoi ! Je pèse aujourd’hui 67 kilos et mon objectif est de descendre à 64 dans un mois. Je ferai donc un article d’ici 4 semaines, pour vous dire si j’ai atteint le résultat souhaité (n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter de mon blog). Mon poids de forme se situe aux alentours de 63 kilos mais j’en perds automatiquement un en période de compétition, parce que l’intensité des entrainements augmente et que du coup, je brûle forcément plus de calories. C’est pourquoi je me réserve un petit « kilo de balance », en prévision des périodes d’épreuves. Je vous communiquerai la composition de mes repas sur une semaine complète, pour que vous puissiez vous rendre compte de quoi est composée l’assiette d’un gymnaste de haut niveau.

Ps : si vous aussi souhaitez perdre ce petit surplus de gras accumulé pendant les réveillons, n’hésitez à tenter le défi avec moi. Plus on est… mieux c’est !

Mon blog : https://maxime-gentges.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/OfficialMaximeGentges

Share.

About Author

Maxime est gymnaste olympique et le meilleur de Belgique ! C’est aussi un jeune homme entreprenant, plein de vie et d’intelligence. Il tient sur Clic Infos sa chronique régulière « le Regard de Maxime », où il partage son regard de jeune sur son sport, le sport en général, mais aussi la vie dans toutes ses diversités. Il parcourt le monde pour défendre les couleurs belges, ouvre tout temps les yeux, braque son Smartphone, sort son stylo et livre ses coups de cœur ou de gueule, ses intérêts, ses rencontres et… partage aussi avec nos lecteurs ses compétitions internationales, directement de l’intérieur. C’est exclusif, inédit et une première. Maxime participe également à la réalisation d’autres sujets. C’est toute la richesse de sa jeunesse et de son ouverture d'esprit, sans doute !

Comments are closed.