FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Les ventes de planches originales d’Hergé (le père de Tintin) sont toujours l’occasion de fantasmes collectifs. Ce fut encore le cas la semaine dernière, à l’occasion d’une importante vente chez le grand spécialiste Artucrial, à Paris. La grande vedette du jour était une magnifique planche hors-texte signée de la main de l’artiste et issue du plus vendu de tous les albums du jeune héros belge : Tintin en Amérique. Ces œuvres, sans le moindre texte ni bulle, sont extrêmement rares et beaucoup ont rêvé que le symbolique million d’euros soit à nouveau dépassé à cette occasion exceptionnelle. Eh bien que nenni, il a fallu se contenter de la « modeste » somme de 753.000 €… une paille ! Il faudra donc attendre encore un peu avant de voir un nouveau record établi et c’est donc toujours Tintin et son voyage lunaire qui tient la corde. Les États-Unis n’ont cette fois pas battu tout le monde et l’astre lunaire demeure, jusqu’à nouvel ordre, la « record-planet » en la matière.

Beaucoup d’agitation pour une œuvre exceptionnelle.

Coming Chic - Tintin

Coming Chic – Tintin

La vente s’est déroulée il y a quelques jours à peine, dans la grande salle de vente Artcurial à Paris. Et elle en a agité du beau monde… La star du jour était donc une planche hors-texte, réalisée de la main du grand Hergé et datée de 1937 pour les éditions Casterman, évidemment. L’œuvre était estimée entre 600 et 700.000 € et a finalement été adjugée pour la « modique somme » de 753.000 € quand même… Ce n’est donc pas le record attendu, toujours détenu par la vente en novembre dernier, d’un dessin de « On a marché sur la lune ». Il s’agissait d’une planche originale, qui était partie rejoindre une collection privée pour la somme incroyable de 1,55 million d’euros ! Elle reste donc actuellement la plus chère des planches de dessins jamais vendues sous la signature du planétaire auteur Hergé, dont les belges restent fiers comme Artaban. Le dessin original de la semaine dernière était une encre de Chine et accompagnée de sa mise en couleurs calque. C’est un des quatre hors-textes en couleurs de la mythique édition noir et blanc de 1937. Elle a donc dépassé son estimation, mais n’a pas répondu aux attentes de la salle de vente et sans doute pas non plus du vendeur de cette pièce rarissime.

Un dessin particulièrement riche…

Le dessin en lui-même est considéré par les spécialistes, comme une œuvre majeure. On le dit puissant, car on y retrouve le Tintin « bagarreur » et intrépide de ses débuts, qui avait passionné les amateurs d’aventures, d’action et de bravoure du monde entier. Si le bas du dessin « bouge » beaucoup et donne une réelle impression de vitesse, Hergé l’oppose inconsciemment au reste de la planche. Les immenses buildings de Chicago, alors peu connus à travers le monde, donnent une sorte de puissance incroyable au dessin et on les imagine totalement indestructibles… Cette confrontation entre la ville tout en hauteur à cause des immeubles et, en même temps, la vraie dynamique provoquée dans l’œuvre par la course poursuite du premier plan, représente une sorte de révolution pour l’époque. Mais Hergé nous a habitué depuis longtemps aux nombreuses « premières » que son travail a provoqué dans le monde de la bande dessinée. Eric Leroy, spécialiste émérite de chez Artcurial, espérait bien que la planche battrait le record atteint en 2015 par un autre hors-texte, qui était alors de 770.600 €, pour une œuvre que l’on peut considérer similaire à celle de Tintin en Amérique dont il est question.

Hergé, c’est un véritable marché de spéculation.

Coming Chic - Tintin

Coming Chic – Tintin

En tout cas, le prix établi à nouveau la semaine dernière prouve, si c’était encore nécessaire, que l’œuvre d’Hergé est devenu un réel marché. On y investi, on y spécule… on achète, on vend, on rachète et on revend encore, toujours selon les circonstances et les soubresauts d’un marché de l’art contemporain particulièrement agité en période de crise. L’art est devenu une sorte de valeur refuge et la bande dessinée en fait totalement partie, depuis maintenant une trentaine d’années. La BD est devenue un investissement rentable, surtout en ce qui concerne les pièces maîtresses du travail de certains grands auteurs, désormais réellement considérés comme des artistes à part entière. Les collectionneurs spécialisés sont toujours en quête de la pièce exceptionnelle, comme l’était cette planche de Tintin en Amérique dont la qualité est réellement digne d’un musée. Surtout par sa mise en couleurs… Il était crée pour être inséré dans l’album noir et blanc, afin de l’enrichir et de l’égayer un peu et cela explique sa rareté. Leur nombre est immuablement de 4 par album, pas un de moins… pas un de plus. Cela explique qu’on se les arrache à prix d’or, pour ne pas dire de platine. De plus, il n’y a que huit albums qui se sont vus agrémentés de hors-textes, parmi lesquels « Tintin au Congo » ou encore Le « crabe aux pinces d’Or ». La salle de vente a précisé que l’acquéreur de cette planche d’exception est européen, ce que d’aucun considèreront comme une bonne nouvelle, pour une fois qu’une œuvre ne part pas vers l’Asie et ses collections privées, parfois opaques… Pour rester sur le plan financier, un dessin d’Hergé datant de 1942, réalisé alors pour le journal belge le Soir, représentant Tintin et le Capitaine Haddock brandissant un sabre, avait atteint la somme de 67.600 €, ce qui était un record pour une illustration de ce type. Ce dessin à l’encre de Chine avait été estimé entre 15 et 20.000 € à l’époque. Une autre illustration du quotidien belge, publiée en juin 1942, avait atteint la somme de 65.000 € alors qu’elle était estimée seulement entre 12 et 18.000 €. On voit donc toute l’importance de l’œuvre d’Hergé sur le plan financier et la salle de vente a assuré que 80% des lots mis en vente la semaine dernière avaient trouvé acquéreurs… Regardez bien au fond de vos armoires… sait-on jamais que vous possédiez un trésor !

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire