Ce n’est pas peu fier que le géant Google a présenté ses tout nouveaux Pixels Buds, écouteurs sans fil qui permettent de se connecter à l’assistant personnel de la marque et de comprendre instantanément pas moins de 40 langues. Ils sont évidemment conçus pour concurrencer directement les AirPods d’Apple. Mais ce qui les différencie est donc bien cette fonction de traduction. Alors, cette technologie est-elle un réel progrès ou la fin des cours de langues et de l’envie des humains d’apprendre à communiquer dans d’autres langages ? Est-ce que ça marche vraiment, enfin correctement ? Des questions légitimes…

Des écouteurs parfaitement normaux, mais avec un « petit plus ».

Clic ìnfos -

Clic ìnfos – Pixels Buds

Au début, on pense à un film de science-fiction, dans lequel un petit accessoire permettrait de parler et comprendre toutes les langues de la galaxie, simplement en le mettant à l’oreille. Pourtant, les Pixels Buds sont bien réels, connectés en Bluetooth et s’utilisent exactement comme des écouteurs tout-à-fait banals.  Ils ne peuvent évidemment être connectés qu’aux seuls smartphones sous Android et permettent d’écouter aussi de la musique, le son de vidéos ou d’un appel téléphonique. Mais ils peuvent surtout vous connecter à Google Assistant et à toutes les fonctionnalités de l’assistant personnel conçu par la marque. Vous ne l’ignorez pas, il propose notamment un outil de traduction automatique.

Pour prouver la qualité de cette nouveauté, Google a organisé une démo avec une citoyenne suédoise et celui qui présentait l’appareil en live (américain), chacun parlant uniquement dans sa langue natale. La jeune femme est équipée d’un smartphone et des fameux Pixels Buds. Nous vous laissons juger sur pièce, avec cette vidéo réalisée à l’occasion de la présentation des petits joujoux et de ce test public. Si la démonstration est assez bluffante, il faut le reconnaître, la technologie elle-même est assez simple. La personne porteuse des écouteurs prévient l’outil de traduction Google Translate de la langue qu’elle veut traduire. Le logiciel analyse alors ce que dit l’interlocuteur et diffuse sa traduction dans l’oreille de l’utilisateur. Afin de répondre, celui-ci reprend alors la parole dans sa propre langue. L’appareil diffuse sur haut-parleur du smartphone, la traduction à son tour… et ainsi de suite. Google propose 40 langues avec cette fonction.

Une technologie connue, mais adaptée à des écouteurs… c’est futé.

Clic Infos -

Clic ìnfos – Pixels Buds

La vraie nouveauté finalement, ce n’est pas la technologie elle-même, qui est déjà proposée de manière plus basique et écrite par plusieurs marques. Ce qui est vraiment nouveau est que les Pixels Buds permettent de traduire et de répondre de manière immersive et assez naturelle. Bon, il faut toujours veiller à attendre que chacun ait le temps de s’exprimer ou d’écouter l’autre, mais vous vous prendrez un peu pour le Capitaine Kirk discutant avec un Klingon, dans sa langue gutturale et incompréhensible ! Vous le savez, il est assez facile d’utiliser déjà Google Translate sur votre smartphone, afin de traduire rapidement les propos que vous tient un touriste étranger par exemple, et ensuite de lui répondre en lisant la traduction (la fonction propose 100 langues). Une fois équipé(e) des petits écouteurs, tout est évidemment plus simple, agréable et plus rapide. La célèbre marque américaine n’est pourtant pas la première à utiliser l’Intelligence Artificielle (I.A.) comme argument de vente pour un « casque audio ». Apple permet d’avoir instantanément accès à son assistant Siri, grâce à ses AirPods. C’est évidemment le principal et éternel concurrent de Google. Il y a également l’Xperia Ear de Sony, qui peut donner des informations pratiques à son utilisateur, comme la météo, la lecture d’informations ou le lancement automatique d’un appel. Pour toutes ces applications, c’est bien l’I.A. qui est utilisée, au travers d’une application spécifique ou d’un assistant personnel. En Europe, il faudra patienter un petit peu pour jouer au touriste multilingue ou à l’interprète universel, car aucune date de mise sur le marché n’est annoncée pour le moment. A titre indicatif, aux États-Unis les écouteurs-traducteurs de Google sont vendus au prix de 150 $ (environ 137 €) … pour comparaison, les AirPods d’Apple sont en général aux environs de 179 €.

Réel outil sérieux, ou application plus ludique que pratique ?

Clic Infos -

Clic ìnfos – Pixels Buds

On peut évidemment se demander si ce nouveau petit écouteur peut réellement être d’une aide concrète aux professionnels. Certes, pour un touriste en goguette à Pékin cela peut être d’une grande aide, puisque sans assistance il ne parle en général pas un mot de chinois. Pour une utilisation plus professionnelle, la traduction de conférence ou de présentations, on peut craindre que l’efficacité ne soit pas optimale, car il y a encore beaucoup de limites. On peut d’ailleurs en prendre facilement conscience en utilisant Google Translate sur ordinateur ou smartphone. Si vous êtes bon anglophone, faites donc un petit test à l’aide d’un texte « normal » et vous verrez toutes les limites grammaticales du système… Il faut savoir que les systèmes actuels de traduction de ce genre sont gavés et entraînés à l’aide de textes plutôt institutionnels ou littéraires. C’est donc généralement assez loin des locutions et mots utilisés dans une conversation que nous qualifierons de courante. Ce sera certes traduit… mais sans doute pas correctement. Les plus gentils diront que c’est mieux que rien et ils n’auront pas tout-à-fait tort. Il peut y avoir de sérieux problèmes de vocabulaire ou de syntaxe en cas d’humour, de dérision ou encore d’ironie… dans ces cas-là, le traducteur atteindra vite les limites de sa traduction souvent phrase par phrase. Il faut donc éviter le gros humour gras ou le second degré trop subtil, sous peine d’être fort déçu de son traducteur. Il faut aussi tenir compte du fait que certaines langues ont une sorte de « sympathie » pour d’autres (qui ont parfois des racines communes), alors que d’autres sont compliquées à traduire dans des langues spécifiques et très élaborées, grammaticalement parlant. On peut penser qu’il sera peu aisé à un traducteur de base, d’interpréter une conversation arabe – mandarin, pour ne citer que cet exemple.

En conclusion, on peut considérer que les nouveaux Pixels Buds de Google sont un achat pratique et plutôt de loisirs, mais sans doute pas encore de niveau professionnel, au même titre que les AirPods d’Apple d’ailleurs. Ces petits joujoux sont encore assez onéreux et il faut réfléchir à deux fois au rapport prix-utilité (ou plaisir). Si vous le jugez bon pour vous, n’hésitez pas… vous pourrez toujours « vous la péter » un peu auprès des copains. Mais, finalement… si on veut rester humains, l’apprentissage des langues par cours ou par séjours en immersion, seront toujours le meilleur moyen d’enrichir nos connaissances et pourquoi pas, d’y faire des connaissances qui nous donneront encore plus envie de les approfondir…

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.