FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Les enfants de Tchernobyl sont devenus grands… et le regard de Niels Ackermann, jeune photographe Suisse trentenaire a su le capter avec son cœur. Il y a des artistes qui se complaisent dans le sombre, le triste, l’épouvantable parfois… et puis d’autres, qui aiment la lumière, le soleil, le bonheur malgré tout, l’amour, la renaissance… Niels fait partie de ceux-là. Il vit à Kiev en Ukraine et a été couronné d’un Swiss Photo Award et d’un Swiss Press Photo, en 2016. Trente ans après la pire catastrophe nucléaire de l’histoire humaine, il a su capter les sourires d’une réelle renaissance. Un livre en est né et vaut le détour : l’Ange Blanc.

La Galerie helvète Focale avait déjà récompensé le travail de Niels Ackermann, Lauréat du Prix Focale en 2015 et le jeune artiste ne s’est pas arrêté là et son travail est désormais reconnu par tous les professionnels de la photographie.

Le sourire face à un avenir encore incertain…

Coming Chic - Niels Ackermann - L'Ange Blanc

Coming Chic – Niels Ackermann – L’Ange Blanc

Dans une note d’intention, lorsqu’il participa au Prix Focale, le jeune suisse expliquait sa démarche : « En 2016, le monde va commémorer les trente ans de la catastrophe de Tchernobyl. Au lieu de rappeler les conséquences déjà maintes fois vues de l’accident, j’ai choisi de me tourner vers l’avenir, en suivant durant trois ans la jeunesse de Slavutytch: la ville la plus jeune d’Ukraine, la ville née de cette catastrophe ». Cette démarche nous a semblé aller tout à fait dans le sens de celle de Clic Infos, puisque nous avons choisi aussi de demeurer presque toujours positifs dans notre ligne rédactionnelle, malgré un monde qui nous entoure fort tristement. Nous ne pouvions donc éviter de vous présenter ce magnifique travail artistique, mais aussi sociologique et quasi philosophique…

Une ville fabriquée à la limite de la zone contaminée, pour les travailleurs de la centrale de Tchernobyl.

Coming Chic - Niels Ackermann - L'Ange Blanc

Coming Chic – Niels Ackermann – L’Ange Blanc

Slavoutytch est la plus récente ville d’Ukraine et se situe à une trentaine de kilomètres à peine de la tristement célèbre Centrale de Tchernobyl. Elle a été littéralement conçue et construite directement après la catastrophe nucléaire, par les autorités soviétiques. Elle est située juste à la lisère de la zone de contamination et a été pensée pour loger les liquidateurs (ouvriers chargés de travailler sur les lieux contaminés) et le personnel affecté à l’entretien des réacteurs encore en activité. A l’origine on ne peut donc pas dire que c’est une ville née dans la joie, la tradition ou l’enthousiasme… c’était plutôt une cité dortoir bâtie dans l’urgence et à des fins très pratiques. L’environnement et les dangers de la contamination n’en faisaient pas non plus l’endroit le plus couru. On s’y installait parce qu’on le devait… point à la ligne.

Trois ans d’amour, pour des clichés loin de tous les… clichés.

Coming Chic - Niels Ackermann - L'Ange Blanc

Coming Chic – Niels Ackermann – L’Ange Blanc

Mais trente ans plus tard, une nouvelle génération est née et a évidemment grandi à Slavoutytch, toujours à l’ombre de la plus grande catastrophe nucléaire que l’humanité n’ait jamais connu. Niels Ackermann a décidé d’aller à la rencontre de ses habitants et surtout de sa jeunesse qui est pleine d’espoirs et de rêves, de projets… comme toutes les jeunesses du monde. Il y rencontre rapidement Youlia, une adolescente qui lui présentera ses amis et lui montrera tous les visages de la ville, ses diverses facettes. Au fur et à mesure de ses séjours entre 2012 et 2015, Youlia se transforme progressivement en jeune femme, qui perdra ses rêves et illusions, confrontée à la réalité. Comme nous le disions plus haut, c’est loin de tous les discours catastrophistes, moralisateurs, apocalyptiques ou misérabilistes, que le jeune photographe suisse et le journaliste Gaëtan Vannay vont montrer dans l’Ange Blanc, leur amour pour l’Ukraine et toutes leurs interrogations sur la vie qui se poursuit, dans un pays, une ville pas vraiment comme les autres.

C’est la force de la vie, du sourire et de la jeunesse, qui éclate dans une série de clichés subtils.

Coming Chic – Niels Ackermann – L’Ange Blanc

Niels est vraiment entré dans l’intimité de Yulia et de ses amis, dans son cercle restreint et on y retrouve les reflets d’une vie particulière. Les clichés témoignent avec sensibilité et sans esprit shakespearien dramatique, d’une réelle et forte envie de vivre. On y retrouve des sentiments variés, allant de la tendresse à l’ironie, avec parfois un certain décalage. Les lumières sont très contrastées dans ce travail et elles soulignent subtilement des images parfois intérieures et intimes, parfois extérieures et nettement plus graphiques. On y découvre aussi des instants figés où la nature tente vaillamment de reprendre ses droits, en se battant contre un mur ou un panneau informant des dangers radioactifs environnants. C’est une réalité qui se révèle à la fois visible et invisible, omniprésente… mais qui n’empêche aucun sourire, aucun éclat de rire ni aucun sentiment. C’est la force de la Vie, captée par un artiste sensible et intelligent. Pour ce reportage à Slavoutytch, Niels Ackermann sera élu Photographe Suisse de l’année. Le livre est disponible en français et en anglais (The white Angel) aux éditions Noir et Blanc. Format 16,5 X 23 cm – 35 €.

Site officiel de Niels Ackermann : www.nack.ch

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire