Il y a quatre ans que nous attendons ça… C’est donc aujourd’hui que les Diables Rouges vont tenter de mettre l’enfer sur le terrain, face au Panama. Espérons surtout que pour cette mise en route, notre équipe tricolore ne se plonge pas elle-même un mauvais cercle… celui du doute. Quelques-uns justement, n’ont toujours pas été complètement aplanis concernant l’évolution des blessures de Vermaelen et Kompany. Ces deux-là ne seront certainement pas sur la liste d’aujourd’hui, mais le coach Martinez estime qu’il pourra compter sur eux à partir du troisième match… Alors, outre cette petite interrogation, laissons les doutes de côté et préparons-nous à soutenir les Diables avec passion cet après-midi. Aucune équipe n’est facile dans une phase finale de la Coupe du Monde et le Panama ne fait pas exception, même si la Belgique part nettement favorite. Les Diables n’ont plus perdu en entrée d’un Mondial depuis 32 ans… et la dernière fois c’était au Mexique, contre le pays hôte. Ils étaient allés en demi-finale. C’est donc plutôt rassurant !

Confiance sans arrogance… les Diables savent qu’ils entrent cette fois dans le vif du sujet (groupe G).

La Belgique fait l’objet de bien des spéculations depuis quelques semaines et les bookmakers s’en donnent à cœur joie… Pour les uns notre équipe nationale est clairement parmi les favorites, pour d’autres elle doit-être considérée comme outsider et enfin pour certains, elle sera très observée du coin de l’œil car elle pourrait représenter une « surprise » au cours de ce Mondial… Bon, s’il est vrai que quelques favoris se dégagent clairement : Allemagne, Espagne, Brésil, nos amis français visent aussi le dernier carré et les Diables Rouges pourraient bien réaliser un très joli coup à Sotchi. Pour notre génération dorée, celle des Hazard, De Bruyne, Mertens, Carasco, Meunier et autres Januzaj ou Lukaku, c’est assez clairement l’occasion de marquer les esprits et de laisser une trace durable dans la grande Histoire du football.

Avec les incroyables talents individuels que nous avons dans le beau groupe de Roberto Martinez, nous devrions indubitablement réaliser de grandes choses en Russie. Pourtant, la vraie question est : la Belgique est-elle prête à être une « équipe », un bloc solidaire et aux automatismes qui pourraient en faire une armada d’enfer ? Le sélectionneur a-t-il réussi, au-delà de la vague d’indignation que la non sélection de Nainggolan a déclenché auprès d’une partie des fans, à fédérer autour de son noyau une équipe solide, unie et à la volonté de fer ? Si c’est le cas, nous pouvons espérer le meilleur des Diables et même les voir renouveler l’exploit de 1986, quand la Belgique avait terminé à la quatrième place. À l’époque, la ferveur du peuple belge avait été incroyable et c’est une vraie folie tricolore qui s’était emparée du pays tout entier. Et pourquoi pas ? Le Panama est 55ème au classement FIFA, soit 52 places derrière les Diables. Si cet après-midi nos joueurs arrivent à emballer le match avec la manière et un réel esprit de groupe, ils entraîneront derrière eux tous les belges. Par contre, si par un mauvais hasard (sans jeu de mot) ils devaient faire une contre-performance, la déception serait à la hauteur des espoirs que le peuple noir-jaune-rouge a mis en eux !

Pour l’heure, faisons-leur confiance et soyons heureux que la Belgique entame ce Mondial en étant à la fois crainte et respectée… espérons que les Diables Rouges balayeront de tout leur talent les derniers doutes qui nous taraudent. Une belle entame assurerait une sacrée fête dans les rues du pays ce soir !

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.