Martine Edelman : quand le Bijoutisanat (mélange de bijouterie et d’artisanat) donne une collection où les corps dansent et virevoltent…

0

Sourire presque adolescent, regard coquin mais qui semble pouvoir se transformer en scanner voire en imprimante trois D… et en plus, des doigts de fées. Voici ce qu’on pourrait appeler « un bon p’tit gars ». Et là, vous vous dites que je suis devenu un peu fou pendant l’été… Mais, non ! Ses amis l’appellent en effet Martin et je vous propose d’en faire partie l’espace de quelques paragraphes. Vous découvrirez une artiste, un artisan de folle passion et une femme terriblement attachante et parfois très attachée, qui crée de splendides bijoux en argent massif. Sa derrière collection s’appelle Corps pour Corps et vous donnera envie de porter une de ses œuvres (car c’en sont) autour du cou, au doigt, au poignet ou n’importe où, finalement. En effet, si vous avez des idées saugrenues, Martin sera aux anges et inventera une façon de porter un bijou, rien que pour vous !

La sculpture chevillée à l’âme depuis toujours et… au corps, forcément.

Il était une fois, une jeune femme qui décida de prendre des cours d’art. Sa toute première leçon de sculpture portait sur le corps humain… un vrai hein, celui d’un modèle vivant venu poser pour les étudiants. Fait assez amusant, et sur lequel nous reviendrons, Martin(e) aura pour congénère un certain… Elvis Pompilio, qui ne sait pas alors qu’il chapeautera plus tard les plus belles et célèbres têtes du Gotha, d’Hollywood ou de la littérature… Nothomb bien ce détail car il aura une grande importance. L’artiste sculpte ensuite beaucoup, maîtrise de plus en plus sa technique et le corps devient son principal (pour ne pas dire unique) sujet de création. Ses sculptures sont fort appréciées et Martin construit sereinement sa vie de femme, d’épouse et de mère. Mais, sans devenir ce qu’on appelle une desperate housewife, c’est un peu comme si elle sentait que quelque chose en elle n’était pas totalement abouti… qu’un petit bout du puzzle de son intégrité manquait dans le tableau. Sa bibliothèque est remplie d’ouvrages consacrés aux corps humains et qu’ils courent, qu’ils dansent ou bien volent… ceux de ses livres deviennent des pièces de sculpture et elle aime ça. Elvis Pompilio aussi apprécie et leur amitié dure depuis l’époque des études. Il est devenu aussi connu que le chapelier d’Alice au Pays des Merveilles et créateur mondialement admiré. Mais, il est surtout resté, l’ami, le proche et même le mentor, celui qui suit l’évolution de Martin, de son œuvre. Et puis, un beau jour il lui suggère simplement de faire de ses corps des… bijoux.

Et ce jour-là, de tout petits Hommes dansèrent…

Homme-femme, homme-homme, femme-femme… quel que soit l’ensemble que forment les corps sculptés de Martine Edelman, ils sont partenaires de création et deviennent justement des ensembles. À la limite, même seul, un petit corps d’argent créé par l’artiste se transforme en une sorte de tout. Son travail a rétréci, suivant les conseils d’Elvis et le « Bijoutisanat » est devenu une brillante réalité ! Martin se sent toujours artiste, bien sûr, mais elle se bagarre pour obtenir le noble et recherché titre d’artisan certifié. Elle est aujourd’hui très fière de ce statut et le revendique car il lui a finalement offert la petite pièce qui manquait au puzzle : la liberté, pure et simple ! Travailler la matière noble qu’est l’argent, pouvoir y apposer son poinçon (véritable signature imprimée dans la masse), sculpter finement de toutes petites pièces, les voir coulées, puis rendre chacune d’elles parfaite, tout cela la rend libre des nombreuses contraintes liées à une clientèle de collectionneurs et Martin – Martine est enfin un ensemble parfait, elle aussi.

Corps pour Corps : une collection sensuelle, libre, brillante et aérienne.

Corps pour Corps est une collection constituée de deux séries. Les sujets sont les mêmes et seule la taille change. Il y a les « Essentielles » et les « Prêt à Oser » … Les secondes sont plus petites et disons que les premières sont d’une dimension qui les rend plus visibles. Les corps peuvent s’entremêler en mystérieux pas de deux, en instantanés de ballet, en saut de trapéziste, en pas silencieux et glissé de funambule… Les personnages d’argent dansent, volent, ils font des pirouettes, se rattrapent par les mains, se pendent à l’anneau créole d’une boucle d’oreille, s’accrochent à une chaîne qui ne les retient jamais prisonniers… Ce qui est très étonnant dans cette collection, outre la beauté intrinsèque de chacune des pièces finement sculptées, est cette impression réelle d’envol. On a la sensation que les corps ne tiennent vraiment à rien ou alors à un mystérieux fil d’Ariane les reliant à la peau de celui ou celle qui les porte ! C’est vraiment assez fascinant. En fait, ils ressemblent un peu à leur créatrice, même si Martine Edelman n’a rien de Narcisse. En jeans et pieds nus, elle se déplace avec la grâce et le naturel qui ont dû déteindre sur elle en s’échappant directement des pages de papier glacé qui l’ont tant inspirée. Sans être snob, elle est élégante et cool à la fois, bref… c’est une femme totalement moderne, ou comme je le disais plus haut, un sacré bonhomme.

© photo – RTBF

La personne est en tout cas aussi attachante que l’artiste est passionnante et ça fait d’elle quelqu’un que j’ai affublé du titre bizarre de « Bijoutisan », certes moins recherché que celui d’artisan, mais qui exprime finalement assez bien le sacré mélange ou le mélange sacré, qu’elle a réussi à réaliser avec ses bijoux en argent. La collection Corps pour Corps est une fusion entre Martin – Martine, le corps, la légèreté, la liberté et l’élégance. Une fois qu’on a jeté un coup d’œil à cette série de corps qui se donnent parfois en toute impudeur, mais surtout en finesse et en beauté originelle, on n’a plus qu’une seule envie : en choisir un ou deux pour partenaire(s) ! Côté prix aucun d’excès, l’argent étant une matière aussi noble qu’accessible. Comptez une moyenne de 600 € pour une Essentielle et 180 € pour une pièce « Prêt à Oser » … Il n’y a aucun risque de voir soudain les bijoux signés Martine Edelman sombrer dans les grandes séries à bon marché car elle tient à ce que chacun des corps qu’elle a créé soit finalisé de ses propres mains. Pas un ne sort de son atelier sans qu’elle ait veillé à ce qu’il soit parfait. Voilà en tout cas qui fait de la bijouterie de création une sacrée concurrente à l’industrie et du « bijoutisanat » une belle discipline d’avenir, quand il est pratiqué avec cœur et passion.

Il est possible de commander n’importe quel bijou de la collection en vermeil (or 18k sur 5 microns d’épaisseur, donc du vrai vermeil, selon les normes).  Il en coûte un supplément de 50 à 300 €, selon le format et la pièce.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Site officiel : www.martineedelman.be

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.