(Belgique - Mondial Russie 2018) - Un groupe de neuf Diables Rouges est monté sur le terrain d'entraînement du centre national de Tubize, au deuxième jour de préparation à la Coupe du Monde de football en Russie (14 juin-15 juillet). La tempête de la non sélection de Radja Nainggolan semble se calmer un peu, même si des supporters des Diables menacent de faire dix minutes de silence lors du match amical Belgique - Portugal à Bruxelles, le 2 juin... à suivre. Clic Infos y sera sans doute.

Nous avons assisté à la vague LREM (La République en Marche) lors des présidentielles et législatives françaises, au printemps dernier. On a parlé d’absence d’opposition et même de parti unique, sous-entendant que la France serait devenue une dictature à la botte du nouveau Président, oubliant que c’est tout de même le résultat d’élections démocratiques. Entretemps, la gauche hexagonale a explosé, la droite implosé et le FN de Marine Le Pen pris une demi claque. La France Insoumise de Jean-Luc Mélanchon s’est imposée à l’Assemblée par la voix (très, très audible) du tribun de l’autre extrême, de la gauche trotskiste, communiste, bolivarienne, populaire ou populiste, on ne sait plus trop… Depuis notre plat pays, nous avons observé tout ça avec recul et intérêt, mais donc de loin. Pourtant, voilà que la Belgique se met En Marche aussi ! Alors, enfant légitime Macroniste noir-jaune-rouge ? Rappelons-nous malgré tout, que nous ne sommes pas (encore, même si certains en rêvent) une république.

Un quadra, un mouvement prônant le renouveau… ça ne vous rappelle rien ?

Clic Infos - En Marche Be

Clic Infos – En Marche Be

Jean-Yves Huwart est à l’origine de cette initiative qui a de quoi étonner. Si le mouvement français LREM a depuis avant les présidentielles françaises ses adhérents et responsables belges, ceux-ci représentent exclusivement le mouvement du Président Macron. Le projet de l’ex journaliste économique et entrepreneur depuis huit ans (principalement dans l’organisation du travail, le co-working) a de quoi surprendre, puisqu’il est un mouvement réellement belge et non lié officiellement à son géniteur spirituel français. Il précise d’ailleurs que ce n’est pas un parti politique (ah non, ça non, promis-juré). Observateur privilégié de la politique grâce à son travail journalistique, il a progressivement ressenti qu’un besoin de renouvellement émanait de la population, concernant ses hommes (et femmes) politiques et leurs méthodes. La naissance d’En Marche devenu LREM ensuite, lui est apparue comme pouvant être rassurante, même de ce côté-ci de la frontière et il a commencé à réfléchir voici quelques mois à peine. Au fil de ses réflexions, il a réuni autour de lui une centaine de personnes, principalement issues de l’entreprenariat digital, mais aussi d’avocats, d’enseignants ou encore de fonctionnaires, sans que cela soit exhaustif. Le premier objet de leurs cogitations communes a été centré sur la définition des valeurs d’un futur mouvement politique, ce qui a donné En-marche.be …

Filiation ou pas vraiment filiation ?

Clic Infos - En Marche Be

Clic Infos – En Marche Be

Évidemment, on se demande immédiatement et légitimement si le parti du Président français est d’accord… voire même soutiendrait l’initiative belge. Pas question de tourner autour du pot pour Jean-Yves Huwart : non, il n’a pas rencontré Emmanuel Macron, mais… il sont « en contact ». Le parti LREM a été mis au courant du projet belge et de son développement, le but avoué étant de travailler en fin de compte au niveau européen (ce qui devrait faire plaisir à papa Macron, tout de même). Le fondateur de En-marche.be espère avoir de plus en plus de relations avec le parti macronien, puisqu’il estime à tout le moins que le jeune mouvement a une réelle filiation, ne fut-ce qu’au niveau des inspirations et des idées générales. Malgré tout, il n’imagine pas de communauté de moyens en matière de structures ni d’organisation, par exemple. Il tient clairement à son indépendance et son identité purement belges. Il ne précise pas si LREM est d’accord avec l’utilisation du vocable « en marche » : « ce n’est pas le même nom et nous sommes en Belgique ». Pas certain donc, que Paris ait clairement adoubé sa progéniture idéologique de notre petit royaume. Mais ne soupçonnons pas déjà En-marche.be de ne pas tout dire… il aura bien le temps de nous prouver qu’il est « différent » du reste du paysage politique belgo-belge !

Que compte proposer et faire En-marche.be ?

Clic Infos - En Marche Be

Clic Infos – En Marche Be

Bien entendu, qui dit nouveau mouvement politique dit nouvelle idées et propositions, voire actions. Alors, que propose concrètement EM.be ? Tout d’abord, il (le mouvement) voudrait permettre au marché du travail de devenir plus dynamique, plus ouvert, plus égalitaire. Voilà qui ressemble fort à un langage macronien récent, illustré par la refonte du Code du Travail en France, accompagnée des réactions mitigées que l’on sait, mais saluée par ailleurs pour la réelle concertation dont elle a fait l’objet. Sera-ce envisageable en Belgique, de voir les partenaires sociaux et surtout les syndicats, s’ouvrir à ce dialogue ? C’est à vérifier… EM.be préconise aussi que les indépendants bénéficient d’une indemnité de chômage, au même titre que tous les travailleurs… on semble toujours bien être en Macronie. Il envisage aussi d’obtenir une meilleure séparation des pouvoirs et là, on en revient à la popote constitutionnelle belge, épargnée à nos voisins français. C’est tout de même assez flou et mériterait quelques précisions, qui émergeront sans doute au fil des réflexions du jeune mouvement. Et pour en remettre une couche noir-jaune-rouge, les responsables d’EM.be estiment qu’une proportion importante des problèmes de gouvernance sont dus au manque de séparation des différents (et nombreux) niveaux de pouvoirs, qui provoquerait une bonne part des situations de cumul et des gênantes interférences « particratiques » … Nous voilà franchement plongés dans la crise bruxello-wallonne actuelle. Difficile d’évaluer la proximité d’idées avec tel ou tel parti francophone, puisque tous ensembles et la main sur le cœur, ils jurent leurs grands dieux qu’ils sont pour le décumul, des nouvelles règles de bonne gouvernance et l’émergence d’une vraie exemplarité (si, si, si…). L’objectif avoué de Monsieur Huwart et ses amis est de redresser la Belgique francophone, de lui rendre sa fierté et d’en (re)faire une terre d’opportunités. Avant qu’on ne lui dise que cela ressemble un peu à la profession de foi de tout politique, il précise : « et le faire… pas seulement le dire ». Et ça… ce serait neuf, en effet !

Voilà donc un nouveau venu dans le paysage politique de notre joyeux pays aux institutions kafkaïennes… nous verrons dans les prochains mois, s’il arrive à se faire un chemin, ce qui vaudrait mieux quand on s’appelle « en marche », même suivi d’un « .be ». Ah oui… si on lui demande s’il compte présenter des candidats aux prochaines élections, le fondateur précise que le but ultime est 2019 et les législatives (fédérales), mais… que le mouvement envisagera, si les circonstances le veulent, de présenter des candidats en 2018 (communales) dans les villes où les choses se présenteraient éventuellement bien… Et ça, c’est du langage de politicien ou je ne m’y connais pas ! Pour conclure : quand un mouvement politique présente des candidats il devient… un parti, non ?

Pour tout savoir : www.en-marche.be

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.