Selon la Commission Européenne, les horaires d'hiver et d'été ont vécu... une décision devrait être rapidement prise pour qu'en octobre, nous passions à l'heure d'hiver pour la dernière fois dans l'Union. En mars, ce serait donc l'ultime changement d'heure et chaque pays choisira celle qu'il désire adopter. Retour probable des décalages horaires en vue...

La vague K-POP déferle sur vos ados… et dans vos oreilles !

0

Abrégé de korean pop, la K-pop est la musique populaire de Corée (du sud bien évidemment, puisqu’au nord on vit sous l’une des pires dictatures du monde et que la musique moderne n’est pas franchement la bienvenue). Elle regroupe de la musique Pop, style très nettement dominant, mais aussi d’autres genres musicaux qu’on regroupe sous ce nom « générique » : le R’n’B, le rap, les ballades, le rock, le hip-hop ou encore l’électropop… Plus qu’un style musical, c’est un mouvement venu donc de Corée et qui se définit par la Hallyu (vague coréenne). Celle-ci concerne non seulement la musique, mais aussi le cinéma, les drama’s, les jeux vidéo, les manhwa (BD coréenne, équivalent des mangas japonais) et la culture dans son ensemble… Cette vague déferle dans la vie des ados et envahit le monde. Voici qui pourrait vous aider à mieux comprendre le phénomène et la passion (peut-être) de vos têtes blondes.

La K-pop, c’est quoi donc ?


Un regard jeune sur la K-pop

La K-pop tire son origine des premières musiques modernes apparues en Corée dans les années 30, plus particulièrement influencée par le style moderne des japonais. Entre 1950 et 1960, la présence des forces américaines sur leurs bases militaires sera une grande inspiration pour les asiatiques vivant au pays du Matin Calme. La K-pop s’est en effet très largement inspirée de la musique américaine, notamment des Hip-hop, R’n’B et un peu du rock aussi. Très vite diffusée dans toute l’Asie, elle finit par gagner en popularité à travers de nombreux pays et continents comme l’Amérique (du Nord et du Sud), le Canada, l’Europe et même le Moyen-Orient, pour ne citer que ceux-là. C’est évidemment grâce au web que la K-pop a pu s’étendre facilement hors de son pays d’origine. L’apparition des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, les musiques téléchargeables via iTunes et autres plateformes, les vidéos et clips partagés sur YouTube, font partie des accélérateurs qui l’ont conduit à toucher un plus vaste public. La première maison de productions à voir le jour fut la SM Entertainment, fondée par Lee Soo Man en 1995. C’est d’ailleurs lui qui a produit les premiers boys bands et girls bands. Par après, sont nés aussi : YG Entertainment, la DSP Entertainment et la JYP Entertainment. Des groupes parmi les plus célèbres :  Fin.KLG.O.DH.O.T, Sechs KiesS.E.S et Shinhwa ont alors connu un succès fulgurant, dans les années 1990.

Pourquoi la K-pop passionne-t-elle tant de jeunes à travers le monde ?

Le groupe BTS a désormais dépassé les 4.200.000.000 de vues sur YouTube 

On demande souvent aux occidentaux pourquoi ils aiment tant la K-pop et ce qui leur plaît le plus par rapport aux musiques de leurs propres pays. Voici peut-être une explication qui pourrait être reprise par les fans : ce qui diffère de chez nous, c’est probablement le fait que les artistes (jeunes, voire très jeunes dans certains cas) sont déjà très professionnels et talentueux au moment où ils entament leur carrière. En effet, les maisons de productions sont également des écoles (un peu à l’instar de la Julliard School de New York) qui enseignent à leurs jeunes recrues l’art du chant, de la danse et de la comédie (sans compter les cours de langues et autres leçons spécifiques). Comme vous le constaterez dans n’importe quel clip d’un groupe qui propose une chorégraphie, celle-ci sera toujours parfaitement travaillée car ces jeunes sont très complets. Les concepts super recherchés et l’esthétisme (ou les particularités) des tenues, le look très soigné des artistes et même leurs coiffures… tout cela concourt à la qualité de départ des groupes. Au moment de se produire pour la première fois sur scène, ils sont déjà à l’aise avec le feu des projecteurs, maîtrisent leurs manières, savent parler à la presse ou dans une émission de télé. Pour couronner le tout, ils sont tous « très beaux » et chacun possède un réel charisme. On peut ajouter à cela que, même si on ne comprend pas la langue, on se prend très rapidement à apprécier la musique. Le rythme, les émotions, l’ambiance des clips, l’interprétation… tout cela compte finalement. Ensuite, on finit par se renseigner sur les paroles… De très nombreux fans de K-pop apprécient le coréen, même sans le comprendre. Beaucoup disent que ça les poussent à apprendre une langue qu’ils n’auraient jamais imaginé pratiquer. Et finalement, comme les coréens aiment utiliser l’anglais dans leurs chansons, on comprend au moins l’essentiel de ce qu’ils y racontent. Cet ensemble de constatations explique au moins en partie le succès phénoménal et mondial de cette culture asiatique qui touche des centaines de millions de jeunes…

La vague ne semble pas près de se tarir…

Un regard jeune et humoristique sur le phénomène K-pop 

Depuis le début des années 2000, la K-pop n’a fait que gagner en popularité hors des marchés asiatiques, notamment aux États-Unis, au Canada et en Australie, avant de toucher également l’Europe. En 2009, les Wonder Girls sont devenues le premier groupe coréen à être placé dans l’U.S. BillBoArd Hot 100 chart avec leur single Nobody. L’année suivante, Taeyang (Big Bang) et le groupe féminin 2NE1 ont produit de nombreuses musiques à travers les USA et le Canada, assurant plusieurs albums à succès.  En 2010, Bonamana, le 4ème album des Super Junior, s’est classé à la 7ème place du BillBoArd’s World Album-Chart. En 2011, l’album des Big Bang (Tonight) est devenu le 1er album K-pop à atteindre le top 10 de l’US iTunes chart et le seul de langue non-anglaise à se hisser dans le top 100. Progressivement, des artistes k-pop ont alors travaillé davantage avec des talents hors de Corée : Kanye West, Will.I.Am ou Teddy Riley. Certains ont même assuré les premières parties de concerts des Jonas Brothers, par exemple. D’énormes événements sont alors organisés en France. En 2011 au Zénith (Paris), la SM Entertainment a organisé un concert réunissant les groupes les plus connus : SHINee, Super Junior, Girl’s Generation (SNSD), f(x) ou encore TVXQ. Tous cela a été rendu possible grâce à ce qu’on appelle la « Korean Connection » (diaspora coréenne très active), mais aussi au soutien des nombreux fans européens ainsi qu’à l’aide de gros sites Internet français dédiés à la K-pop. Aujourd’hui, dès qu’on annonce la mise en vente des places d’un concert… elles se vendent en quelques minutes et on se les arrache ainsi dans le monde entier. Le groupe BTS, en digne héritier du chanteur Psy (Gangnam style) est devenu l’un des artistes les plus vendus au monde et ses vidéos sur YouTube atteignent désormais plus de quatre milliards de vues, rien que ça…

Vous comprendrez peut-être mieux votre ado désormais, lorsqu’il viendra vous supplier de l’emmener à un concert (après lui avoir payé les places), mais en le débarquant à cent mètres de la salle, pour que vous ne lui mettiez pas la honte face aux copains. Ne vous étonnez pas s’il présente un look un peu bizarre ou une coiffure de derrière les fagots… ils aiment aussi ressembler aux stars de la K-pop.

Découvrez mieux BTS, le groupe phénomène aux plus de 4 milliards de vues sur YouTube et les dates de sa tournée mondiale actuellement en cours  » Love Yourself « .

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.