Selon la Commission Européenne, les horaires d'hiver et d'été ont vécu... une décision devrait être rapidement prise pour qu'en octobre, nous passions à l'heure d'hiver pour la dernière fois dans l'Union. En mars, ce serait donc l'ultime changement d'heure et chaque pays choisira celle qu'il désire adopter. Retour probable des décalages horaires en vue...

Il y a 22 ans, j’étais jeune trentenaire et nous avons vécu la première Gay Pride à Bruxelles. À l’époque, c’était très nouveau comme genre d’événement et le public était fort clairsemé, évidemment. Ce n’était pas très bien vu d’ailleurs et le long du cortège, encore assez court, les badauds se foutaient plutôt de ceux et celles qui dansaient sur les chars encore rudimentaires… on entendait davantage d’insultes et de sifflets vulgaires que d’encouragements. Mais ça ne décourageait personne et un vrai esprit festif régnait parmi nous : ces « nous » étaient surtout des clients d’établissements gays bruxellois, plus quelques travestis amateurs, venus admirer les « pros » défilant sur des chars qui étaient financés par les encore rares bars et boîtes gays de la capitale. On y retrouvait les serveurs qu’on aimait, quelques clients un peu plus extravertis que d’autres et qui adoraient se trémousser devant la « foule » … Avec le temps, les choses ont évolué. La Gay Pride a depuis traversé des périodes importantes, comme celles du Sida, de l’adoption, de l’égalité des droits… aujourd’hui, elle est devenue la Pride Parade et aura lieu ce samedi, pour clôturer le festival Belgian Pride, qui aura duré une quinzaine de jours.

Un festival qui célèbre la richesse et la diversité de la communauté LGBT. 

Si elle a su demeurer très festive, la Belgian Pride n’a pas tout-à-fait perdu son identité militante et cette année elle aura pour thème « Your local power » (votre pouvoir local – NDLR). Le festival, qui se clôture ce dimanche 20 mai, aura organisé de nombreuses activités durant deux semaines, notamment des soirées musicales, des workshops, des visites guidées et des animations qui abordaient la politique locale. Il vous reste d’ailleurs encore quelques jours pour en profiter. La Pride Parade quant à elle, se déroulera donc le samedi le 19 mai au cœur de Bruxelles. La Belgian Pride profite évidemment de la proximité des élections communales, pour évoquer le respect de la diversité dans notre quotidien. Les trois grandes associations belges que sont RainbowHouse Brussels, Arc-en-ciel Wallonie et Çavaria, interpelleront d’ailleurs les futurs élus sur le thème : « Vivre libre dans son quartier, sa commune et sa ville ». Parfois, cela signifie simplement se sentir soi-même et chez soi en pleine rue. Tenir la main de la personne qu’on aime et lui sourire ou même l’embrasser au grand jour… ce qui semble bien banal à la plupart d’entre vous, mais qui se révèle parfois compliqué (voire dangereux) pour un gay, une lesbienne ou une personne transsexuelle. La vie personnelle se joue également dans l’espace public et c’est d’ailleurs bien ce que comptent rappeler les organisateurs. « En vue des élections communales, les jeunes, les seniors, les familles, les couples et les personnes de tous genres, demandent aux politiques locales : que faites-vous pour améliorer la vie de notre diversité au quotidien » ?

Être « différent » n’est pas toujours chose simple en 2018… en tout cas, pas pour tout le monde.

Personnellement, je n’ai jamais ressenti le besoin de cacher mon homosexualité et j’avoue ne jamais avoir été non plus victime du moindre petit acte ni propos homophobe de ma vie. Peut-être est-ce dû en partie à mon caractère très ouvert et franc, mais c’est plus probablement parce que j’ai toujours évolué dans des milieux médiatiques ou artistiques. Ils sont réputés plus « faciles » sur ce point, mais ce n’est pas une certitude… les préjugés ont encore de très solides ancrages où on ne le soupçonne pas. Mais, toujours est-il que j’ai certainement eu moins de difficultés que d’autres gays, jeunes ou pas. Pour certains, par exemple à la campagne ou dans quelques cités, les choses sont nettement plus compliquées et parfois dramatiques. Dans les grandes villes, la situation est plus aisée et on y dit l’esprit généralement plus « ouvert à ça » … et pourtant ! On entend encore trop souvent parler d’agressions de couples gays, de travestis ou de personnes trans, juste parce qu’ils sont différents de la majorité… J’ose le dire : si vous saviez réellement combien de vos proches et amis ont tenté les relations homosvous seriez sûrement très étonné. Ne jugez donc pas trop vite… Les choses évoluent dans le bon sens, c’est certain et sur le plan légal aussi, je pense qu’on n’a plus grand-chose à revendiquer comme égalité de droits. Mais, dans le fond, il y a encore bien des progrès à faire et je crois vraiment que les parents devraient être davantage informés, pour être prêts à découvrir la « différence » de leurs enfants. Cela peut s’avérer vital et je ne dis vraiment pas ça gratuitement. Je me souviens en effet de la première fois que j’ai rencontré Nicolas Noguier (dont vous pouvez découvrir l’Hôte de Marc de l’époque), alors tout jeune président de l’association française Le Refuge ! J’aurai l’occasion de mieux vous le présenter prochainement, dans une nouvelle interview, où nous verrons à quel point son combat a évolué, mais aussi combien il est loin d’être gagné. Le Refuge s’occupe donc d’accueillir (même en Belgique) des jeunes gays, lesbiennes et transgenres, totalement rejetés par leurs parents, foutus à la porte de chez eux du jour au lendemain, simplement du fait de ce qu’ils sont… L’association n’a cessé de grandir depuis que j’ai rencontré Nicolas, preuve malheureusement qu’il y a des choses qui ne changent pas encore ou en tout cas, pas assez.

Alors, si vous voulez en savoir un peu plus, vous informer, vous amuser aussi… pourquoi ne pas participer à une des activités de ces derniers jours de festival à Bruxelles ? Vous trouverez toutes les informations, tous les événements et les détails sur le site www.pride.be où sont rassemblés aussi les autres occasions de rencontrer ou même d’aider les associations, qui en ont toujours besoin. Celle qu’on appelle la « communauté » pourrait bien vous étonner par son ouverture d’esprit, sont intelligence vive et sa riche diversité… Il y a quelques années, on a joué au Festival la Cinquantième de ma pièce Le Cri et exposé mon travail photo au Botanique… je n’en garde que de formidables souvenirs et des contacts restés précieux. Allez donc à la découverte de « l’autre » … ça fait tellement de bien !

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.