(Belgique - Mondial Russie 2018) - Un groupe de neuf Diables Rouges est monté sur le terrain d'entraînement du centre national de Tubize, au deuxième jour de préparation à la Coupe du Monde de football en Russie (14 juin-15 juillet). La tempête de la non sélection de Radja Nainggolan semble se calmer un peu, même si des supporters des Diables menacent de faire dix minutes de silence lors du match amical Belgique - Portugal à Bruxelles, le 2 juin... à suivre. Clic Infos y sera sans doute.

Keukenhof a ouvert ses portes pour la 69ème fois… Dans quelques semaines, à la fermeture le 13 mai, plus d’un million de visiteurs venus des quatre coins du monde auront visité l’exposition florale internationale la plus connue de la planète et qui marque chaque année le retour officiel du printemps. De ce fait, Keukenhof contribue considérablement à la prospérité du secteur touristique des Pays-Bas. Aujourd’hui, le domaine compte une centaine de fournisseurs de bulbes à fleurs et cinq cents producteurs participent aux expositions florales. Cette année, la romance est mise à l’honneur ! Vous y découvrirez aussi les jardins : de Cupidon, des amours de vacances, oriental, rebelle, Bleu de Delft, hipster, celui de thé et enfin, celui de la santé. Un riche programme…

Quoi de plus romantique que les fleurs ?

En 2018, Keukenhof est placé sous le signe de la Romance florale. Romance et fleurs sont étroitement liées depuis toujours, dans la peinture, la littérature, la poésie… Avec une véritable mer de fleurs, le plus beau parc printanier du monde vous emmène dans une atmosphère romantique. Le parc historique a été conçu au milieu de l’époque du romantisme (1857) comme jardin d’ornement pour le château de Keukenhof. Dans celui plein de charme entourant l’étang, avec de belles percées entre de vieux hêtres centenaires, fleurissent depuis 1950 des millions de tulipes. De très nombreuses générations d’amoureux y ont vécu de grands moments de bonheur. Faites donc votre demande à votre bien-aimé(e) dans le romantique jardin de tulipes ou organisez un rendez-vous secret dans le superbe jardin de Cupidon. En tout cas, dites-le avec des fleurs… Cette année, les expositions florales sont réalisées sur le thème de la Romance. La présence des roses est aussi plus importante que jamais : la rose rouge, symbole de l’amour absolu, y est d’ailleurs très présente. En 2018, Keukenhof propose également une superbe mosaïque de fleurs, plantées de 50.000 bulbes. La saison s’achèvera  de manière mélodieuse, avec un festival de musique classique parmi les tulipes. Attention, le 13 mai… ce sera terminé pour cette année !

La tulipe aux Pays-Bas et Keukenhof.

La tulipe est l’icône emblématique des Pays-Bas dans le monde entier. Avec la Hollande comme thème, Keukenhof accorde bien sûr une place prépondérante à la tulipe. Le domaine est, avec ses millions de tulipes en fleur dans le parc et plus de cent mille dans le beau pavillon Willem Alexander, le lieu à visiter pour voir « vraiment » des tulipes. Avec son jardin de tulipes originales, mais aussi ses expositions sur l’histoire de cette fleur, la tulipomanie au XVIIe siècle, les mythes de la tulipe et enfin sa culture contemporaine, c’est également l’endroit pour tout savoir sur cette fleur, qui a fait un long voyage avant d’arriver aux Pays-Bas. Elle trouve son origine en Asie Centrale, au Tian Shan, partie située au nord-ouest de l’Himalaya. Là-bas, à chaque printemps, poussent encore des dizaines de tulipes de diverses sortes et de toutes les couleurs. À l’époque, les Seldjoukides vivaient dans cette région et au XIe siècle, ils apportèrent la tulipe en Turquie, d’où ils chassèrent les Byzantins. Elle fut et est encore une fleur très appréciée dans la culture turque. Les Sultans organisaient au printemps de grandes fêtes en l’honneur de la fleur. La plupart des plus singulières étaient représentées dans de merveilleux livres et aussi sur les carrelages et bien des ustensiles. Au XVIe siècle, le commerce depuis les Pays-Bas commença à se développer, y compris avec Constantinople. La tulipe était une nouveauté pour les hollandais. Dodoens et Charles de L’Écluse, botanistes reconnus, eurent des bulbes de tulipes entre les mains et en firent fleurir les premières vers 1560 à Anvers et Malines, en Belgique. De L’Écluse, passionné par la tulipe, écrivit beaucoup à son sujet. Il maintint, via son réseau à travers toute l’Europe, un commerce d’échange actif. Lorsque qu’il fut nommé Hortus Prefectus, ou directeur de l’Hortus Botanicus de Leyde en 1593, il emmena ses bulbes de tulipes. C’est ainsi que la fleur s’établit aux Pays-Bas…

Tulipomanie et mythe littéraire…

Alors que la tulipe était déjà populaire aux Pays-Bas, elle connut au début XVIIe siècle un succès vraiment grandissant. Les fleurs à motifs multicolores étaient les plus convoitées et elles faisaient penser au marbre, à l’époque très recherché. Le rythme lent de la culture des bulbes ne permit pas alors de répondre à la trop grande demande du marché. C’est ainsi que commença une spéculation, où les montants déboursés pour les bulbes de tulipes furent de plus en plus importants. Un vrai vent de folie soufflait sur le pays et la tulipomanie était née ! Elle connut son apogée entre 1634 et 1637. Certaines tulipes pouvaient être achetées plus de mille florins, ce qui représentait à l’époque une somme astronomique. En février 1637, le marché s’effondra. La tulipe est et restera toujours très populaire aux Pays-Bas. On découvre en 1931, ce qui provoquait ces motifs multicolores sur les tulipes si populaires au XVIIe siècle : un virus, propagé par des pucerons, qui transforme la fleur lisse de couleur unie en… copie à l’allure fantastique. En 1850, parut le roman d’Alexandre Dumas, La Tulipe noire. Un mythe était né… Ce livre raconte l’aventure du jeune Cornélius van Baerle, qui essaie de créer une tulipe noire, dont la découverte serait récompensée par un prix de la société horticole de Haarlem. L’histoire se déroule en 1672 et a laissé chez beaucoup de lecteurs, une trace indélébile. Elle marque encore les esprits… La couleur noire n’existe pas dans la nature et ce sont donc le rouge intense et le pourpre qui s’en rapprochent le plus. Depuis la fin du XIXe siècle, divers cultivars (variétés) qui s’approchent de la couleur noire ont été introduits. La « Reine de la nuit » est d’ailleurs encore en culture et elle s’étend sur 60 hectares. Il existe aussi d’autres cultivars, plus modernes, comme « Ronaldo » (30 ha) et « Black jack » (10 ha). Des producteurs travaillent donc encore et toujours à l’élaboration d’une tulipe la plus foncée possible, mais le marché est limité. Vous pouvez trouver ces fleurs mystérieuses et superbes à Keukenhof

Les Pays-Bas sont devenus le plus gros producteur mondial de bulbes de tulipes. Une superficie totale de 10.000 hectares produit chaque année plus de 4 milliards de bulbes. Environ la moitié est exportée à l’étranger, l’autre moitié demeure aux Pays-Bas, surtout pour en faire des fleurs coupées durant l’hiver. On dénombre maintenant environ 2.000 cultivars (sortes) à l’échelle commerciale. Chaque année, environ 100 nouveaux cultivars viennent s’y rajouter… l’histoire n’est donc pas terminée… pour le plus grand plaisir des amateurs !

Toutes les informations pratiques sur le site officiel du domaine : www.keukenhof.nl/fr

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.