FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Kamakura est sans aucun doute l’un des cinq plus beaux endroits au monde où j’ai traîné mes bottines de voyageur insatiable. Lors d’un séjour à Tokyo, j’avoue avoir accepté d’y aller… avec des pieds de plomb. On m’avait dit que c’était très beau, à ne pas rater, un réel exemple du Japon traditionnel et pas loin de la mégalopole un peu dingue de Tokyo (nous reviendrons un jour sur la capitale nipponne). J’ai donc pris un train ultra moderne, bondé et où chacun somnolait la tête appuyée sur l’épaule de son voisin, après avoir été poliment poussé à l’intérieur par des employés de la compagnie ferroviaire en gants blancs. Peu convaincu, je me laissai pourtant bercer par le rythme du train… et à l’arrivée ce fut un réel choc, un coup de cœur. Si vous passez à Tokyo, réservez donc une journée pour cette découverte, cela vaut vraiment le détour et vous ne le regretterez pas !

A une heure de Tokyo, l’océan Pacifique et un calme précieux…

Coming Chic - Kamakura

Coming Chic – Kamakura

Pour être précis, Kamakura est située dans la Préfecture de Kanagawa et vous y plongerez un regard admiratif sur les vagues de l’océan Pacifique. Il faut à peine une petite heure de train (confortable et ultra moderne, comme à peu près tout au Japon) depuis Tokyo. 50 kilomètres à peine vous séparent d’une découverte que vous n’êtes pas près d’oublier, si vous n’appréciez pas particulièrement les chemins touristiques tout tracés des grandes villes. Depuis Yokohama, il faut un peu moins de temps et réunir les trois lors d’un séjour est une très bonne idée. Avec environ 200.000 habitants, Kamakura est une ville assez petite, ce qui la rend très humaine. Les habitants y sont d’ailleurs plus souriants que les Tokyoïtes (sans méchanceté aucune).

Une petite ville, mais qui a une grande histoire.

Pour les japonais, Kamakura a une réelle importance historique. Au début du 12ème siècle, le shogun Minamoto no Yoritomo avait décidé d’en faire sa capitale, en y installant le centre politique du Japon. C’était une époque où les shoguns (qu’on pourrait traduire plus simplement par Général ayant un grand rôle dans la vie de l’empire) étaient finalement plus puissants que l’Empereur (Mikado), dont le rôle était plus symbolique qu’actif. Le gouvernement de Kamakura dirigea de facto le pays durant plus d’un siècle. Les soubresauts de l’Histoire ayant changé la situation, c’est aujourd’hui devenu une ville balnéaire touristique très calme et au passé prestigieux. L’été elle est très fréquentée par les habitants de la capitale, qui viennent y trouver un peu de sérénité, loin de l’agitation de la ville. Et je vous garantis que le choc est important, quand on y arrive après avoir passé une ou deux semaines de travail à Tokyo ! Sa longue plage sur le Pacifique est fort appréciée des touristes et citadins, tandis que vous pourrez découvrir la vieille ville à bord d’un train ancien.

De nombreux trésors, dont le célèbre grand Bouddha de Kamakura.

Le temple Hachimangu a été construit en 1063 et est dédié à Hachiman Daimyojin, qui n’est autre que la déification de l’Empereur Ojin. Le premier Shogun de Kamakura fit de Hachiman le Dieu de la Guerre, son protecteur. Il paraît que des centaines de guerriers de son clan se sont suicidés dans ce temple, après une lourde défaite de guerre. Au pied du grand escalier qui mène au temple, on vous racontera qu’il servit d’abri au neveu du troisième Shogun lorsque son oncle fut assassiné, le jour du nouvel an. L’arbre que vous y verrez pourrait être l’original de l’époque, mais certains affirment que c’est un autre qui y a été replanté. Il n’en demeure pas moins impressionnant et c’est comme si vous sentiez le poids de l’Histoire à cet endroit…

Coming Chic - Kamakura

Coming Chic – Kamakura

Mais le plus célèbre monument, et à mon sens le plus impressionnant de Kamakura, est sans conteste le grand Bouddha Amitabha. C’est ce qu’on appelle un Daibutsu (mot qui désigne traditionnellement toutes les grandes statues de Bouddha). C’est une magnifique statue de bronze, qui a été fondue aux environs de 1252 et elle est haute de plus de 13 mètres. Ses mains stylisées sont en position dite « jo-in », posture de la méditation Zen. A l’origine, cette statue aurait été protégée par un bâtiment, détruit par un typhon ou un tsunami, à la fin du quinzième siècle. On trouve une plaque au pied des ruines de ce qui aurait été ce bâtiment, qui évoque un tsunami géant. Il suffit de regarder de là l’océan, situé environ 800 mètres en contrebas, pour ressentir réellement des frissons. Mais un de mes plus impressionnants souvenirs restera celui du moment où je suis monté dans la tête de la sculpture. On l’atteint par un escalier intérieur et chacun reste calme, tandis que la montée se fait dans une étonnante discipline, typiquement nipponne. Pour visiter le grand Bouddha de Kamakura, vous devrez débourser environ 200 yens (moins de 2 €) et, depuis la gare, vous prendrez un bus ou le petit train ancien qui longe la côte. Personnellement j’ai privilégié le train car, depuis votre banquette, vous pourrez découvrir un autre grand temple célèbre : le Hase-dera. Si vous y faites un petit arrêt, vous découvrirez un endroit très agréable, avec de très beaux jardins, des grottes, une belle cloche et de nombreux trésors historiques de la grande époque des Shoguns… mais surtout, il y a une magnifique vue sur l’océan. L’entrée est de 300 yens, soit 2,50 € à peu près. Globalement, les prix sont très abordables à Kamakura. Au centre ville, vous admirerez une très belle allée, plantée de cerisiers et bordée de lanternes en pierre. Juste à côté, est situé le sanctuaire shintô (de la religion shintoïste), dédié à Hachiman, dieu de la guerre dont je vous ai parlé plus haut et divinité du clan Minamoto. Si vous désirez prolonger un peu votre séjour à Kamakura, vous pourrez prendre le temps de visiter les nombreuses collines et vallées qui entourent la ville. Vous y trouverez plusieurs temples intéressants, dont certains sont des écoles du bouddhisme Zen japonais. Le plus célèbre est sans doute le Gokuraku-ji, de la secte Shingon. Près de la gare nord de Kita-Kamakura, se situe aussi un temple où est enterré le grand cinéaste japonais Yasujiro Ozu.

Kamakura est facilement accessible en transports en commun ou en voiture.

Depuis les grandes villes, comme Tokyo ou Yokohama, la ville est très facilement accessible en train. Si vous avez loué une voiture, le réseau routier est également très facile et bien équipé. Situées sur la ligne Yokosuka, il y a trois gares au cœur de la ville. Ofuna est la plus au nord, puis vient cette de Kita-Kamakura et enfin vous arriverez à celle du centre ville, qui est tout simplement la gare de Kamakura. Les trains sont modernes et confortables, mais n’oubliez pas qu’il est très rare de trouver un membre du personnel parlant anglais. C’est d’ailleurs généralement le cas au Japon, à part dans le monde des affaires. Si vous y prenez un taxi, veillez à ce que quelqu’un ait rédigé l’adresse sur un papier pour vous… en japonais, évidemment. Sans cela, vous risquez de mauvaises surprises, surtout que le système des adresses nipponnes est très compliqué à comprendre pour les occidentaux.

Coming Chic - Kamakura

Coming Chic – Kamakura

Deux derniers petits détails à connaître sur cette ville qui vous fascinera sûrement autant que moi… Elle possède un très beau musée d’art moderne, pour ceux qui sont moins férus d’Histoire, et on y trouve de nombreuses œuvres de Yasse Tabuchi, entre autres. Enfin, pour les amateurs du genre, sachez que les célèbres mangas du Kamakura Daily et de Elfen Lied se déroulent tous à Kamakura.

Pour toutes infos pratiques, en vue d’un voyage au Japon ou à Kamakura, nous vous conseillons le site : www.japan-guide.com

Share.

About Author

Notre co-fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. Le 20 mars 2017, il a été élu Administrateur de l'AJPBE (Association des Journalistes Périodiques Belges et Étrangers). C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Laisser un commentaire