FRANCE - Dans le sud-ouest (Millas), le bilan de la collision entre un train et un bus scolaire s'est alourdi ce vendredi matin. Il est passé à cinq morts, tous âgés de maximum 14 ans. Plusieurs blessés sont encore en état d'urgence absolue... ce bilan pourrait donc encore s'alourdir.

Vermeer est sans doute l’un des peintres hollandais les plus connus au monde. Qui n’a jamais vu la Laitière ? Ce petit tableau (d’environ 45 sur 40 centimètres) a été peint vers la moitié du 17ème siècle et c’est assurément l’œuvre la plus célèbre du maître. Les plus jeunes n’en connaissent que le pâle reflet publicitaire, grâce à une marque de produits laitiers et crèmes diverses… mais c’est déjà ça. Ceci étant dit, je me demande combien seraient capables de citer le nom de l’artiste. En tout cas, jusqu’au 22 mai prochain, le Louvre a réussi le pari un peu fou d’exposer une partie fort importante de l’œuvre connue de Vermeer, entourée des toiles de plusieurs autres maîtres de ce qu’on appelle la peinture de genre. A ne pas manquer, si vous visitez prochainement la Ville des lumières car, contrairement a ce que dit un certain américain un peu connu… Paris est toujours bien Paris !

La peinture de genre… mais, késako ?

Clic Infos - Expo Vermeer

Clic Infos – Expo Vermeer


Et si nous commencions par éclairer l’un des éléments les plus importants de cet article d’une petite lumière de connaissance ? La notion de « peinture de genre » désigne l’illustration de scènes de la vie quotidienne, dont les personnages sont de type humain anonymes. Utilisée à l’origine pour tous les genres de peintures à l’exception de la peinture d’Histoire, l’expression ne trouvera son acception actuelle qu’à la fin du 18ème siècle. En 1776, Diderot écrivait : « on appelle du nom de peintres de genre indistinctement et ceux qui s’occupent des fleurs, des fruits, des animaux, des bois, des forêts, des montagnes, et ceux qui empruntent leurs scènes à la vie commune et domestique » (Essais sur la peinture). Mais en 1791, Quatremère de Quincy évoque les « genre proprement dit, ou celui des scènes bourgeoises » (Considérations sur les arts du dessin en France). Il devient ainsi le premier théoricien à appliquer le terme de « genre » à des représentations domestiques. Cet usage ne devient courant que vers le milieu de 19ème siècle. A présent que grâce à moi… non, ce n’est pas vrai… grâce à l’Encyclopaedia Universalis, vous en savez un peu plus, vous pourrez appréhender plus facilement le reste de cet article. Et incontestablement, Vermeer est le Maître absolu de ce style pictural ou de cette école, comme vous préférez.

Le Louvre signe une véritable exposition référence.

Clic Infos - Expo Vermeer

Clic Infos – Expo Vermeer

Celui qui est sans doute le plus prestigieux musée parisien et le plus universellement connu, accueille donc un événement exceptionnel ! C’est en effet l’une des expositions les plus importantes qui aient été consacrées à Vermeer, même s’il n’est pas seul aux prestigieuses cimaises. Et si j’utilise volontairement le qualificatif « exceptionnel », c’est parce que l’équipe de cet événement a réussi la prouesse de réunir douze tableaux, soit environ un tiers de l’œuvre connue du maître néerlandais. C’est une véritable première depuis les années soixante et « Vermeer et les maîtres de la peinture de genre » ne se sentait probablement pas rassasiée avec seulement les œuvres de celui qu’on appelle le « Maître de Delft »… l’expo s’enrichit dès lors de toiles d’autres grands pinceaux du Siècle d’Or hollandais. La sélection soulève un coin du voile sur les relations entre Vermeer et ses collègues qui ont marqué l’histoire de l’Art avec un génie « lumineux ». Car la légende qui prétend que le Maître était une espèce de loup solitaire, coupé du monde et isolé des humains est fausse. C’est un journaliste français qui l’avait baptisé le « sphinx de Delft », qui lui avait taillé sans vergogne cet habit de misanthrope et de génie isolé dans son propre monde, ce qu’il n’était pas du tout. Par ailleurs, si vous observez bien son œuvre et l’incroyable regard qu’il avait sur l’humain… cette image ne colle en rien à l’artiste ni à son travail.

C’est vraiment Vermeer est ses amis qui sont à nouveau réunis.

Clic Infos - Expo Vermeer

Clic Infos – Expo Vermeer

On a joliment baptisé le 17ème « Siècle d’Or Hollandais », en regard de l’œuvre particulièrement riche de cette période et on dirait aujourd’hui que c’est un véritable « réseau » d’artistes majeurs, qui a provoqué cette appellation plutôt flatteuse. L’exposition parisienne s’attache donc à démontrer que Vermeer faisait partie intégrante de ce fameux réseau dont chaque membre admirait les autres, qui s’inspiraient les uns des autres et rivalisaient avec hargne, mais beaucoup de respect. Parmi eux, plusieurs sont présentés au Louvre : Gérard Dou, Gerard ter Boch, Jan Steen, Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Caspar Netscher et Frans van Mieris. Tous se sont vraiment faits connaître pendant les vingt-cinq à trente dernières années de ce très riche 17ème siècle. A cette époque, ce qu’on appelait les Provinces Unies (territoire alors situé sur la Hollande et la Belgique) étaient une véritable puissance économique européenne et mondiale. Toutes les personnalités importantes de l’époque voulaient donc posséder leurs portraits ou des tableaux consacrés à leurs familles et maisons, ce qui a fait exploser les carnets de commandes de nombreux artistes, parmi les plus talentueux. Ces sont donc les maîtres les plus accomplis de cette époque qui se retrouvent ensemble aux cimaises du majestueux musée parisien. Ils sont tous parmi les précurseurs de ce style, représentant avec tant de maestria et de maîtrise lumineuse, les scènes du quotidien, de la vie privée et domestique de l’époque, dont la mise en scène est particulièrement léchée et précise. La fameuse Laitière de Vermeer en est sans doute la plus belle ambassadrice !

L’exposition est organisée par le Musée du Louvre (Paris), la National Gallery of Ireland (Dublin) et la National Gallery of Art (Washington).

« Vermeer et les maîtres de la peinture de genre », jusqu’au 22 mai 2017.

Infos, détails et horaires sur le site officiel : www.louvre.fr

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Laisser un commentaire