L’ouragan Irma, d’une intensité inédite de 5 sur 5, a fait de très importants dégâts sur l’île Barbuda et ensuite sur celles de Saint Barthélemy et Saint-Martin, aux Antilles françaises. Nous sommes très touchés par cette catastrophe, puisque nous avons de nombreux lecteurs dans cette région du monde, l’un de nos co-fondateurs y ayant vécu de nombreuses années. Nous avons suivi cette effrayante actualité de très près et partagé l’inquiétude de tous les habitants de ces îles paradisiaques, réputées dans le monde entier pour leurs splendides maisons et leurs stars. A présent, nous pouvons faire un tout premier bilan de la catastrophe Irma qui, fort heureusement n’a fait aucune victime sur les îles françaises. Les dégâts sont terribles et ce fut le plus important ouragan jamais enregistré dans la région… il faudra longtemps pour tout remettre en état.

Un ouragan extrêmement dangereux et le plus violent jamais enregistré dans la région.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Irma avait donc été classé en catégorie 5 et a traversé la nuit dernière (heure de l’Europe) les superbes îles touristiques de Saint Barth et Saint-Martin. L’œil du cyclone faisait environ 50 kilomètres de diamètre et il est resté 90 minutes sur la région. Heureusement, si l’on peut dire, il est passé juste entre deux les îles et cela a sans doute permis d’éviter des dégâts plus graves encore. On peut surtout être heureux qu’il n’y ait aucune victime ! Météo France a relevé des « impacts majeurs » et observé une mer qui « déferlait avec une extrême violence » sur les rives. Une grande partie des zones basses du littoral a été submergée sur les deux îles. Le Centre Américain des ouragans avait prévu des vents soufflant en rafales jusqu’à 360 km/h à l’approche des petites Antilles. Le dernier cyclone ayant produit des vents à peu près de cette puissance fut Gilbert, en 1988. Irma se déplace toujours à une vitesse de 22 km/h et demeure encore plus puissant que Luis (1995) ou Hugo, qui avait fait 15 victimes en 1989. Il est encore plus fort que Harvey, qui vient de frapper le Texas en y laissant 42 morts et pour plus de 100 milliards de dollars de dégâts.

Confinée et inquiète, malgré l’habitude… la population a fait front.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

La région avait été placée en alerte violette, la plus haute. Les supermarchés ont été pris d’assaut par les habitants, inquiets de manquer de produits de base et surtout d’eau potable. En effet, après le passage d’un cyclone il faut plusieurs jours et parfois semaines pour rendre l’eau de distribution à nouveau propre à la consommation. Toute la population avait été ensuite confinée et beaucoup avaient dû trouver des abris solides. Les autorités locales ont bien anticipé le phénomène et la gestion de la crise semble avoir été à la hauteur. Des espaces de refuges avaient été mis à la disposition de la population, mais environ 7.000 habitants ont refusé de quitter leurs maisons… heureusement, personne n’a été blessé, ce qui semble tenir du miracle au vu des images que nous recevons de là-bas ! Pendant le passage d’Irma, les vents ont été très destructeurs, mais aussi les pluies, que beaucoup ont comparé à un véritable déluge. La violence était telle que Météo France a vu ses instruments de mesures engloutis ou envolés… l’ouragan n’a pas épargné grand-chose de « léger ». On imagine l’inquiétude des habitants, au moment de retrouver leur domicile et de constater les dégâts. Ils seront sans doute nombreux à avoir tout perdu, mais il est certain que la solidarité internationale se mettra rapidement en place. Les autorités françaises enverront rapidement une aide depuis l’Hexagone.

L’État réagit rapidement.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Annick Girardin, ministre des outre-mer a tiré un tout premier bilan de la catastrophe, qualifiant les dégâts déjà constatés de « très importants ». Elle avait suivi la progression de la situation avec beaucoup d’angoisse, tout en s’étonnant du nombre « important » de citoyens ayant refusé de se mettre à l’abri avant l’arrivée d’Irma. Ce refus l’a beaucoup inquiétée, mais elle s’est dite soulagée de l’absence de victimes. La préfète déléguée des deux îles avait pourtant exhorté les 11.000 habitants situés dans les zones jugées réellement risquées, à quitter leur domicile, pour trouver refuge dans les abris mis à disposition par les autorités. Ses instructions étaient strictes et fortes, puisqu’elle avait indiqué que « la vie des habitants » était en jeu. A présent et malgré le soulagement face à un bilan vierge de victimes, la ministre a rappelé que l’État avait suivi de très près la situation et mobilisé tous ses services. Elle en appelle désormais à la rapide mise en œuvre de tous les moyens possibles, afin de venir en aide aux sinistrés et de leur permettre au plus vite de retrouver des conditions de vie au moins décentes. Elle a précisé que d’importants moyens avaient déjà été déployés dans l’urgence, à commencer par des hommes et du matériel, dont un navire chargé d’eau potable et qui devraient être envoyés dans les prochaines heures vers les îles touchées.

Irma n’a pas dit son dernier mot… et poursuit son chemin vers les États-Unis.

Malheureusement, le cyclone n’est pas encore mort… et il poursuit sa terrible route, en direction des Îles Vierges Britanniques. Il est aussi attendu avec beaucoup d’angoisse en République Dominicaine et aux Bahamas. Le Président des États-Unis a d’ailleurs décrété à titre préventif l’état d’urgence en Floride, à Porto Rico et dans les Îles Vierges des USA. Cette décision permet de mettre en œuvre tous les moyens du Ministère de la Sécurité Intérieure et de l’Agence Fédérale des Situations d’Urgences. Ce sont eux qui coordonnent l’ensemble des secours en cas de catastrophe majeure. Pour une fois, il semble que Donald Trump ait décidé de suivre l’avis de ses conseillers.

Bien évidemment, si dès demain nous reprendrons le cours parfois léger de notre rédaction, toute l’équipe de Clic Infos demeure sur le pont et suit de près l’évolution de la situation. Nous ferons un bilan plus complet dans les prochains jours et heures, sur le site ou au travers de nos Page Facebook et réseaux sociaux Twitter et Instagram. Notre nom y est toujours le même : il vous suffit de taper Clic Infos.

Bon courage à tous nos lecteurs de Saint Barth et Saint-Martin.

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.