Selon la Commission Européenne, les horaires d'hiver et d'été ont vécu... une décision devrait être rapidement prise pour qu'en octobre, nous passions à l'heure d'hiver pour la dernière fois dans l'Union. En mars, ce serait donc l'ultime changement d'heure et chaque pays choisira celle qu'il désire adopter. Retour probable des décalages horaires en vue...

Voilà que nous clôturons notre visite (très) privilégiée de la belle région qu’est la Franche Comté, où nous avons découvert ensemble toute la filière du Comté A.O.P, mais aussi bien d’autres choses. Merci déjà aux nombreux lecteurs qui ont suivi cette série spéciale et à ceux qui nous ont écrit pour nous en complimenter. Finalement, c’est toute une région qui mérite ces compliments, car nous avons simplement suivi notre cœur pour vous la raconter. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et nous terminons aujourd’hui en vous présentant encore quelques belles personnalités qui ont marqué notre séjour.

Clic infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

En dehors du Comté, le Jura est aussi une région de bonne table. On y mange bien, mais on y fait également du vin et c’est peut-être un peu le parent pauvre au niveau de la communication et de la promotion… Nous avons eu l’occasion de rendre visite au Domaine Berthet-Bondet à Château-Chalon. Si nous donnions la parole à Laurent Chassot (dont nous vous reparlerons), il vous dirait d’abord que le domaine comprend une maison qui fut une dépendance du château médiéval, puis de l’abbaye, qui ont tout deux participé au succès de Château-Chalon… Si les armes qui ornent l’entrée sont celles de la famille de Rye, le domaine fut confisqué durant la révolution et vendu à un officier municipal. Dès alors, il a toujours abrité des vignerons. Depuis 1985, Chantal et Jean Berthet-Bondet ont repris les lieux et lui ont littéralement redonné vie, rejoints maintenant par leur fille Hélène.

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Il serait difficile de vous expliquer tout le côté technique du vin produit ici et ce n’est pas ma spécialité. Ce que je retiens en tout cas de ma visite, c’est le fait que les vins du Jura méritent d’être mieux connus (et peut-être soutenus par un structure comme celle qui entoure le Comté) et qu’ils ont une forte identité. J’ai donc appris ce qu’est un vin « ouillé », dont on remplit régulièrement la barrique par le trou de bonde, pour assurer constamment un niveau maximal au fût des vins en cave. Certains vins non ouillés sont conçus « sous voile » et se crée alors progressivement un léger voile à la surface, une sorte de nuage de levurage naturel que nous avons réussi à observer, mais dont la photo n’est pas assez bonne pour vous la montrer. On dirait un petit nuage dans un ciel de nuit… et c’est en tout cas magique à observer. Nous étions comme des enfants au spectacle, lors de cette chasse un peu spéciale au voile. Les vins ouillés sont particulièrement reconnaissables et de caractère. Dans le Jura, comme ici au domaine, on produit du rouge et du blanc bien entendu, mais aussi du vin jaune (élevé 6 ans au moins, sans ouillage et sous voile), du vin de paille (liquoreux et obtenu avec les meilleurs raisins, sélectionnés en début de vendanges et séchés pendant l’hiver) ou encore du Macvin du Jura (un assemblage de jus de raisin et d’eau de vie de marc)… étonnant ! Certains domaines produisent aussi de l’Eau de vie de marc, obtenue par distillation des peaux de raisins fermentées. Si vous êtes de passage dans la région, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour découvrir à la fois ce domaine, ses vins et la famille qui dirige tout cela avec amour et passion… une constante dans le Jura !

Le Musée Courbet… un incontournable et des trésors à découvrir absolument.

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Que dire de Gustave Courbet qui n’ait pas encore été dit ou écrit ? Rien, probablement… alors, comme tout au long de cette série consacrée au Jura et à la Franche Comté, mais aussi parce qu’il se fait que Courbet est un artiste que je porte spécialement dans mon cœur, eh bien c’est donc à lui que je vais donner la parole pour vous présenter ce musée qui m’a beaucoup ému. Non parce que le peintre y est né, car il n’y a vécu qu’une partie de son enfance, mais parce que l’univers qu’il reconstitue nous plonge réellement au dix-neuvième siècle. Voir autant de toiles du maître réunies dans un seul lieu est également très impressionnant et on ne peut que se balader dans les pièces, éclairées très doucement, avec respect et une sorte d’envie d’en découvrir davantage à chaque cimaise.

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Il est également impossible de décrire toutes les œuvres accrochées ici… Il y en a de chaque époque du travail de l’artiste, mais on peut dire une chose en regardant principalement les paysages : on comprend d’un regard qu’il fut parmi les premiers à aller planter son chevalet dans la nature, pour ne plus la reproduire en atelier et la rendre telle qu’il la voyait… Et comme il la voyait bien ! Les paysages que vous pouvez revoir dans notre article consacré aux sources du Lison à Nans sous Sainte-Anne, eh bien vous les retrouverez ici aux murs. C’est assez incroyable car, en les regardant attentivement, vous pourrez presque sentir les odeurs de la forêt, entendre le vent dans les branches du célèbre Chêne de Flagey… Si vous désirez une visite guidée, il suffit de la planifier et vous apprendrez tout… ce qui est plus technique et historique. En tout cas, je suis confirmé dans mon admiration de Gustave Courbet, fierté de la petite ville d’Ornans et figure de proue de l’Art français du 18ème siècle, trublion du monde bien pensant et bien assis du microcosme de l’art parisien. Mais, finalement, ce que je retiens comme la plus importante découverte que j’aie faite sur l’artiste avec cette visite… c’est qu’il était profondément amoureux de son terroir et l’a fièrement amené à Paris, sur toiles autant que dans son cœur. Et j’aime ça !

Les pêcheur aux chavots… une merveille à ne pas rater !

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Je n’ai pas trop envie de vous parler de la plus célèbre toile de Courbet, connue dans le monde entier et qui fit l’un des nombreux scandales que l’artiste provoqua à l’époque (très volontairement)L’origine du Monde est ce sexe de femme en gros plan, qui a tant fait jaser, qu’elle fut célèbre quasi instantanément et qui ne la connaît pas d’ailleurs aujourd’hui encore ? Pas davantage envie d’évoquer d’autres toiles universellement connues, comme la monumentale scène de l’atelier… tout cela a été trop et souvent très bien évoqué et vous ne manquerez pas de documentation sur Gustave Courbet ou son œuvre sur Internet. Par contre, vous risquez sans doute de rater ce que j’ai considéré en un instant comme un véritable chef d’œuvre : le pêcheur aux chavots (terme franc-comtois pour parler d’un poisson à grosse tête) ! Ce n’est pas une toile… c’est une sculpture exploratoire de l’artiste, preuve s’il en fallait, que Courbet savait tout faire. Il représente un garçon pré adolescent. C’est le plâtre original qui est exposé et il m’a coupé le souffle, effet qu’il a du avoir sur beaucoup en son temps, puisqu’il provoqua (lui aussi) un gros scandale quand il fut dévoilé… Un garçon, pré ado, nu de surcroît et surtout non idéalisé… c’était terriblement sensuel et révolutionnaire ! En effet, si vous regardez les sculptures classiques de nus masculins, vous constaterez que les corps sont toujours parfaits à l’extrême, les sexes rétrécis pour qu’on ne les voie surtout pas trop et les peaux parfaites. Regardez ce pêcheur avec attention et en quelques secondes, vous verrez qu’il n’est pas… parfait, justement. Et c’est ce qui fait toute sa magie ! On devine des petites zones grassouillettes, des légers défauts de peau… comme les paysages que peint Courbet, ce garçon est naturel… le travail, le détail, l’intelligence des formes et de l’interprétation du peintre, prouvent qu’il aurait été aussi un grand sculpteur. Ce jeune pêcheur est aussi d’une modernité incroyable… la chevelure m’a immédiatement fait penser à un dessin de Cocteau ! Vous pouvez le retrouver sur une place d’Ornans… malheureusement rhabillé d’une sorte de pagne ridicule… reflet d’une société bien-pensante, dont je ne dirai rien car cela appartient heureusement à l’Histoire.

La table franc-comtoise est généreuse… Nous avons aimé la Balance, à Ornans.

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Nous avons fait notre dernier dîner franc-comtois à Ornans, dans un restaurant vraiment sympa où nous nous sommes tous retrouvés, une bande de joyeux journalistes belges et notre hôtesse Sandra Rosselet. A la Balance, on accorde les mets et les vins, c’est même le jeu favori de la maison. Le patron, autant que le serveur qui s’est occupé de nous, ont assuré un service impeccable, souriant et une fois de plus passionné, ce qui n’est plus vraiment une surprise en fin de séjour en Comté. J’avais demandé au maître des lieux de me mettre par écrit tous les mets et vins que j’ai dégusté, mais je crois qu’en fin de compte je vais garder tout cela pour moi et ne vous parler que de l’ambiance et de la qualité de la table. Nous avons tous pris des choses différentes, mais une majorité de plats tournaient autour du… Comté. Je l’ai retrouvé en apéritif, en tuile, en sauce… avec toujours le même plaisir et, dans les yeux du patron, la même fierté que j’ai trouvée dans ceux de tous les gens que j’ai rencontrés en quatre petits jours. J’avoue que je suis tombé sous le charme de la région autant que de ses habitants, ce qui semblait aussi le cas de ce jeune couple de new-yorkais dînant à côté de nous et qui a fini par papoter joyeusement avec notre groupe, très peu sérieux. Pour les uns se fut du poisson, pour les autres une viande… de l’entrée au dessert la qualité était au rendez-vous. Côté vins, nous avons évidemment commencé par le sacro-saint Crémant du Jura et ce repas fut l’occasion de goûter… une douzaine de vins différents ! Entre le patron et certains confrères très versés en la matière, le débat était de mise sur l’accord, mais cela a juste ajouté au côté convivial de cette dernière soirée… en tout cas, comme disait l’autre : « j’ai bien mangé, j’ai bien bu… merci petit Jura »… et voilà !

Laissez-vous mener par le bout du nez et surtout par les Guides pas Sages !

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Si je choisi de terminer cette série consacrée à la région du célèbre fromage de Comté par la présentation de Laurent et Caroline, c’est parce qu’ils furent ma première rencontre avec le sourire local ! C’est Laurent qui nous a guidés dès le début aux sources du Lison, il nous a aussi mené dans les rues au fil de nos visites et Caroline a ajouté son sourire à celui de son compagnon. Ils ont fondé les « Guides pas Sages » et je ne sais pas pourquoi ils ont choisi ce nom, tout simplement parce que je les ai trouvé très sages, justement… enfin, ce n’est peut-être pas le bon terme. Je dirais plutôt attachants, rayonnants, compétents et… lumineux. Inutile de revenir sur la culture incroyable de Laurent, dont j’ai parlé dans d’autres articles de cette série et qui m’a laissé complètement sans voix, ce qui n’est pas facile (enfin, c’est ce qui se dit)… je préfère donc dire plus simplement que lorsque je retournerai dans cette magnifique région, je leur passerai d’abord un coup de fil et m’assurerai qu’il sont disponibles pour guider chacun de mes pas ! Non seulement ils sont tout ce que j’ai dit, mais surtout ils sont professionnels autant que chaleureux, captivants autant que cultivés et cela a complètement changé mon regard sur le métier de guide, je l’avoue.

Clic Infos - Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

Clic Infos – Gustave Courbet, le vin, la table et les Guides pas sages…

En 2012, même s’ils étaient déjà guides conférenciers agréés pour la Franche Comté, ils ont créé les Guides Pas sages, dont la paternité revient à Caroline. Si Laurent a suivi sans grande conviction à l’origine, il a bien fait de soutenir sa dulcinée et leur carte professionnelle est même devenue nationale. Les deux Bourgognes, la Comté et le Duché sont leur grande passion et ils se partagent les visites selon leur compétences ou leurs coups de cœur, même s’ils ne sont pas toujours interchangeables… Tous deux ont un baccalauréat littéraire – Histoire des arts (passé dans le même lycée, donc leur histoire ne date pas d’hier). Caroline est issue de l’Ecole du Louvre à Paris et possède une Licence professionnelle Métiers de l’exposition. Laurent est licencié d’Histoire, titulaire d’une Maîtrise d’Histoire moderne et un D.U « Pratique de la dégustation par la connaissance des terroirs »Caroline est spécialisée en patrimoine industriel et XVIIIème siècle et Laurent maîtrise parfaitement le XVème siècle, les Etats bourguignons, le patrimoine Vauban, et bien sûr les terroirs viticoles et naturels. Je pense que cela démontre à l’envi qu’un guide n’est pas le monsieur à képi un peu nonchalant qu’on présente souvent dans les bandes dessinées… Ils se considèrent d’ailleurs davantage comme des passeurs de mémoire et ils adorent nous faire porter le regard sur une chose que nous n’aurions pas vue sans le leur. Et comme il faut bien parler de sous… voici les tarifs auxquels vous devez vous attendre, chaque euro valant (à mon humble avis) largement la dépense. Les tarifs individuels commencent à 20 € par personne, ensuite tout dépend du nombre de participants et de la prestation (visite urbaine, dégustation classique, journée oenotouristique). Ils proposent aussi des forfaits pour des groupes constitués, à partir de 175 € les 2h30 de visite. Je voulais vraiment les mettre à l’honneur en clôture de cette série spéciale, que j’ai adoré partager avec vous durant une semaine. Comme beaucoup d’autres que nous vous avons présentés, ils sont l’avenir d’une région qui mérite largement d’être visitée !

A bientôt pour d’autres découvertes…

Infos et adresses utiles :

www.berthet-bondet.net (domaine viticole) +33 (0)3 84 44 60 48
www.musee-courbet.fr (musée consacré entièrement au peintre)
www.labalance.fr (restaurant accord mets et vins)
www.lesguidespassages.com (guides-conférenciers) +33 (0)6 77 06 95 18

 

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Laisser un commentaire