C’est décidé et ce sera donc à Lille (Villeneuve d’Ascq, plus précisément) que se déroulera la finale « entre amis » de la Coupe Davis 2017. Tout le monde en Belgique l’attendait cette confrontation avec les Bleus, avec enthousiasme et esprit sportif… de l’autre côté de la frontière, malgré Yannick Noah qui appelait à une grande fête avec autant de belges que de français… on n’a pas l’air de chanter tout-à-fait la même chanson. Entre bravade affichée, un peu condescendance et une pointe d’arrogance il faut bien le dire, l’équipe de France semble prendre pour acquis que la fête sera bleu-blanc-rouge et qu’elle soulèvera le Saladier d’Argent, qui a toujours échappé à la génération Tsonga.  

Les supporters belges ne doivent pas compter sur plus de 10% des places.

Clic Infos - Coupe Davis 2017

Clic Infos – Coupe Davis 2017

C’est la loi du tennis, seuls 10% des places sont obligatoirement réservées au pays visiteur… et il ne faut manifestement pas compter sur la Fédération Française de Tennis (FFT) pour en libérer davantage. Les responsables belges vont se rendre à Paris en vue d’obtenir plus de tickets, mais ils ne se font pas la moindre illusion, parlant de « bonne guerre ». Et justement c’est dommage, car il y a dans cette expression le mot « guerre » … alors qu’on espérait du côté belge, et très sincèrement je pense, une confrontation amicale et une belle ambiance partagée à peu près équitablement. Si on comprend aisément que les Bleus ne concèdent pas 50% des 27.000 places du stade à leur adversaire, on peut toutefois regretter que l’appel de Noah (même s’il était de circonstance) ne soit pas en partie rencontré. 30% de belges pour 70% de français, c’eut été une belle preuve de respect pour les supporters qui ont porté cette équipe de Belgique en finale. Et comme c’est la seconde fois en trois ans… personne ne pourra dire que c’est un simple coup de chance. S’il est vrai que lors de sa première finale en 2015, la Belgique avait vu les favoris de ses adversaires écartés par abandon, cela n’a vraiment pas été le cas cette année, il suffit de se rappeler du niveau incroyable de Goffin – Kyrgios, dimanche dernier ! Je n’ai lu personne en Belgique relever que les Bleus ont eu cette année un parcours très chanceux et pourtant… pourquoi ne pas le rappeler ?

Les tableaux des deux pays… comment sont-ils arrivés en finale ?

Clic Infos - Coupe Davis 2017

Clic Infos – Coupe Davis 2017

Pourtant cette fois, c’est bien à propos de la France qu’on pourrait dire qu’elle aurait sans doute été éliminée bien plus tôt, si la chance ne s’était invitée à sa table… et pas un peu. En effet, le Tableau semblait très difficile de prime abord et c’est le destin qui s’en est mêlé, un peu comme le filet avec les balles qui le frappent très heureusement, pour finir en amortie du côté de l’adversaire. Les Bleus ont commencé par affronter le Japon et l’ont emporté 4-1… sans son leader Nishikori (ATP 14). Ensuite, ce fut la Grande-Bretagne… battue par 4-1, mais là aussi sans son numéro Un Andy Murray (ATP 3) et enfin le week-end dernier la France est venue à bout de la Serbie… sans Novak Djokovic (ATP 6), un des plus grands joueurs de l’histoire tennistique. Si ce n’est pas de la chance… ça y ressemble beaucoup, même si nos amis bleus ne le reconnaîtront jamais. Battre trois nations privées du joueur qu’ils craignaient le plus… si on est de bonne foi, on reconnaît sans ambages que c’est un gros coup de… bol (ou de saladier en l’occurrence). Le parcours des belges à présent : ce fut d’abord l’Allemagne, affrontée sans notre meneur David Goffin. Steve Darcis (ATP 77), Monsieur Coupe Davis, avait battu le prodige Alexander Zverev (ATP 4), rien que ça. Les belges sont ensuite montés à l’assaut de l’Italie et de Paolo Lorenzi (ATP 38) battu par Goffin et Darcis. Enfin, le week-end dernier et alors qu’elle était loin d’être favorite contre l’Australie, la Belgique a encore pris le dessus, dans une rencontre acharnée qui a vu David Goffin (ATP 12) battre le géant et surdoué Nick Kyrgios (ATP 20) en retrouvant son meilleur tennis, pour la première fois depuis sa grave blessure à Roland Garros, en mai dernier. Du côté noir-jaune-rouge personne ne peut donc dire que ce fut parcours facile, que du contraire ! Pourtant, les joueurs de Johan Van Herck (capitaine respecté et très simple) aborderont la finale, confiants en leurs chances et sans forfanterie, conscients aussi que rien n’est jamais acquis avant le point final, dans un sens ni dans l’autre. Pourquoi ne rêveraient-ils donc pas eux aussi de soulever le célèbre et tant convoité trophée ? Leur modestie, leur esprit de corps, leur profonde relation d’amour avec les supporters, leur respect de tous les adversaires et surtout leur fair-play indéfectible… seront peut-être leurs meilleures armes, en dehors de leur incontestable talent. Deux finales en trois ans… ce n’est pas du hasard !

Les français sont désormais à la manœuvre.

Clic Infos - Coupe Davis 2017

Clic Infos – Coupe Davis 2017

On se met à la place du capitaine français et de la Fédération bleue, qui auront à cœur de tout faire pour profiter de l’avantage incontestable que représente le fait de jouer à domicile. Même si la (grande) proximité de Lille avec la Belgique est une chance aussi pour les belges, les organisateurs feront tout leur possible pour empêcher une vague noir-jaune-rouge dans le stade, comme ce fut le cas avec une déferlante rouge contre la Suisse, en 2014. La France perdit ce jour-là sa troisième finale consécutive (le succès se refuse depuis 2001) sur un score de 3-1. On comprend qu’elle n’ait pas envie de revivre le même cauchemar et il ne faut donc pas rêver obtenir une place de plus que les 10% réglementaires réservés à l’adversaire reçu. Mais jouer à domicile et conserver 90% des places dans les gradins ne sont pas les seuls avantages à organiser la rencontre. En effet, c’est le pays hôte qui choisit la surface… et le choix a été vite fait. Sachant que David Goffin (qui rappelons-le est devant tous les joueurs français au classement ATP, le premier étant Tsonga à la 18ème place) est parmi les meilleurs joueurs du monde sur terre battue, les Bleus ont vite sélectionné un revêtement béton intérieur très rapide. Ils espèrent ainsi contrer l’un des (si pas le) meilleurs « retourneurs » de la planète. Face à Kyrgios dimanche, David Goffin l’a encore prouvé, retournant une quantité incroyable des services à 220 km/h du géant australien, retrouvant par la même occasion son meilleur tennis ! Et contre cela… la France ne pourra pas faire grand-chose sauf jouer mieux que le numéro 12 mondial, qui pourrait bien en novembre avoir encore grappillé une ou deux places. Le gladiateur Steve Darcis, qui a déjà amené le point décisif à son équipe cinq fois en Coupe Davis, est aussi à son aise sur les surfaces rapides. Quant aux jeunes talents du plat-pays, ils auront à cœur de montrer qu’ils représentent la relève et ils seront là pour rendre la Belgique encore plus fière d’eux. Depuis dimanche, on a entendu le capitaine français parler deux ou trois fois de l’adversaire… et le moins qu’on puisse en déduire est que Yannick Noah semble persuadé de soulever enfin le Saladier d’Argent, qu’il n’a jamais gagné en tant que joueur, mais bien deux fois comme capitaine (1991 et 1996). Sans doute oublie-t-il que la situation au cœur même de son équipe est assez tendue. Entre le coach et ses joueurs ce n’est en effet pas tous les jours la grande entente et ces dissensions internes pourraient être un problème pour les Bleus. Enfin, il faut compter aussi sur le fait qu’en France, tout le monde (médias compris) considère que la petite Belgique est loin d’être favorite… et ça… c’est un bon point, car la pression sera très clairement sur les épaules des français, dont certains joueront leur tête en cas de défaite et le savent. Les belges quant eux adorent jouer sans pression et en outsiders… ils ne sont jamais aussi bons et ils aiment particulièrement laisser tripes et cœur sur le terrain, ce qui a souvent déjoué les pronostics les plus sûrs !

D’ici au mois de novembre, les responsables des fédérations se rencontreront, les français « lâcheront » peut-être bien quelques places supplémentaires à leurs voisins, chacun fourbira ses armes et nous, en tant que simples fans de beau tennis… eh bien, nous espérons seulement une belle finale. La fête sera sans doute énorme, car les belges envahiront la ville de Lille par milliers, à défaut de pouvoir être dans le stade. Et comme on le sait, les supporters belges sont parmi les meilleurs esprits du monde et respectés partout où ils exportent leur âme festive. Les lillois n’étant pas non plus les derniers des fêtards, il y a fort à parier que les cousins gaulois se côtoieront dans le meilleur des esprits, au cours d’un week-end très festif ! Souhaitons donc juste que les meilleurs gagnent…

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.