Depuis des mois, la presse du monde entier fait ses gros titres sur « l’affaire » du testament de Johnny Hallyday. Les uns sont pro David et Laura, les autres défendent Lætitia, tout le monde semble avoir intimement connu le chanteur et se permet de prendre position, souvent de manière partisane et sans doute en fonction de petits ou gros intérêts. Qu’on soit d’accord ou pas avec le fond du testament de la star qui a eu droit à de véritables funérailles nationales, ce n’est à aucun d’entre nous de juger le fond de l’affaire. Elle aurait d’ailleurs dû rester privée… Mais ces derniers temps, il semble qu’on oublie surtout qu’il y a une veuve et deux petites filles, qui méritent au moins le respect humain. Sylvie Vartan, d’un sourire sarcastique en interview, semble oublier qu’elle a divorcé du chanteur au siècle dernier et qu’il avait une autre femme à ses côtés depuis 23 ans. Pas très élégant… même si dans tous les autres médias depuis trois jours, on ne parle que d’hommage poignant, d’amour et de toujours. Au même moment, David Hallyday présentait en concert une toute nouvelle chanson, adressée à son père et qu’il a demandé au public de ne pas filmer. On en dit les paroles poignantes… Étrangement, on n’a pas encore trouvé d’images sur le Net, mais tous les fans se précipitent depuis  chez les disquaires et sur les plates-formes de téléchargement, pour voir s’ils la trouvent. Dira-t-on hasard ? Parfois, quand les choses s’emboîtent pile-poil, il faut appeler un chat un chat et fort bien toiletté, pour le coup.

Il y a très longtemps que Sylvie Vartan, mère de David Hallyday, avait totalement disparu de la scène française. Si elle continuait à chanter au Japon et aux États-Unis, on ne peut pas dire que sa carrière musicale soit au zénith depuis que les années yéyé l’ont vu éclore… puis s’éteindre plus ou moins. En 1965 elle épousait le chanteur déjà super star dans le cœur des midinettes et s’en séparait en… 1980, pour épouser le producteur américain Tony Scotti quatre ans plus tard. Cela signifie donc qu’il n’y a pas moins de 38 ans qu’elle et l’idole des jeunes ont divorcé ! Un bail quand même… durant lequel on n’a quasi plus entendu parler d’elle, puisque sa vie était aux États-Unis et c’est assez logique. On parle de son couple avec Tony Scotti comme idéal et elle l’a toujours fièrement confirmé d’ailleurs. Mais voilà… Johnny a eu l’étrange idée de mourir. Et Sylvie Vartan est revenue à Paris pour les obsèques incroyables et populaires, unie avec tout le clan HallydayBoudouBaye … tous en noir, serrés les uns contre les autres, tombant dans les bras les uns des autres. Images d’une tribu parfaitement unie… qui s’est fracassée quelques semaines plus tard, quand il s’est agi de parler héritage. Sylvie avait déjà fait entendre sa voix sur le choix d’enterrer le chanteur dans l’île très lointaine de Saint-Barth, ce qui était son propre choix et clairement son droit. Mais elle avait jugé cette décision inacceptable, accusant déjà Lætitia de soustraire Johnny à ses fans… il voulait sans doute juste reposer en paix.

Puis, a éclaté « l’affaire du testament », par laquelle on a appris que les aînés David et Laura sont non pas déshérités, mais ne reçoivent rien. Enfin, pas maintenant… puisqu’il semble qu’ils aient déjà reçu pas mal d’argent de leur père vivant. Mais en fait, ceci ne nous regarde pas et personne d’autre que les proches de Jean-Philippe Smet ne saura jamais le fond de l’histoire et c’est très bien comme ça. La Justice, saisie par la très peu discrète Laura Smet, passera par-là et établira une vérité judiciaire. Moralement, ce n’est pas notre problème et s’il est vrai que Johnny a pris la décision de ne plus rien laisser à ses aînés au profit de sa femme et des deux petites dernières, c’était parfaitement son droit si ce testament est reconnu comme américain. Si pas, ce sera le droit français qui s’appliquera et nous ne sommes pas juges. Mais, comme tout le monde semble savoir mieux que lui ce qu’il voulait ou ne voulait pas, ce qu’il a dit ou n’a pas dit, ce qu’il a décidé ou non… eh bien, chacun y va de son jugement, de son insulte, de sa remarque raciste sur les petites Joy et Jade… et surtout de sa bonne grosse méchanceté concernant Lætitia Hallyday. Même les avocats de Laura et David ont expressément appelé la veuve de Johnny « Madame Boudou », de manière très méprisante et comme si elle n’avait jamais été Madame Hallyday. Pourtant et que je sache, c’est bien elle la seule et légitime, il ne faudrait pas l’oublier… qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas.

Encore une fois, la Justice fera son travail et il faudra l’accepter, qu’on soit « du côté » de Lætitia ou des aînés du chanteur. Mais ce qui m’a choqué cette semaine, fut d’entendre l’interview de Sylvie Vartan et aussi les témoignages de son public au lendemain du spectacle de vendredi au Grand Rex. J’avais déjà été fort étonné du sourire franchement sarcastique qu’elle affichait durant son dernier entretien télévisé, il y a quelques jours. On y sentait un profond dédain pour la femme du chanteur et une grande certitude affichée en ce qui concerne le bon droit de son fils et de la sœur de ce dernier. Si je comprends parfaitement qu’une mère prenne fait et cause pour son gamin, je comprends beaucoup moins la manière dont elle semblait s’approprier Johnny, comme s’ils étaient encore toujours mariés et qu’elle était en fait la veuve légitime. J’avoue en avoir été tout baba… Et quand je vois les images de son concert parisien, c’est tout simplement à tomber par terre. La voilà qui affirme devant trois milles spectateurs que personne ne pourra jamais l’empêcher de chanter du Johnny, qui fait apparaître la star à côté d’elle pour un Hymne à l’Amour en duo virtuel et qui lui crie son amour éternel. Non seulement elle est vocalement incapable de reprendre les chansons du Taulier (c’était carrément très faux), mais elle s’est comportée comme si la veille encore elle était aux côtés du chanteur, en bonne et fidèle épouse. Et là, je trouve que c’est franchement une insulte à la veuve légitime qu’est Lætitia Hallyday, qui mérite un minimum de respect, comme n’importe qui !

Même les spectateurs se sont laissés prendre à ce jeu de dupes. À la sortie, on les entendait parler de leur profonde émotion, de l’amour incroyable de Sylvie pour Johnny, de leur si belle histoire… qui a tout de même pris fin il y a près de quarante ans, sans qu’on n’entende jamais la chanteuse revenir en France pour y hurler son amour indéfectible au chanteur ! J’appelle ça de l’opportunisme et je ne trouve pas que ce soit à la gloire de Sylvie Vartan… Prendre position en faveur de son enfant est une chose, mais fouler au pied le chagrin et même l’existence d’une personne qui vient de perdre son mari… c’est petit, vraiment petit. Au moins, elle peut le remercier et aller brûler un cierge à son Johnny adoré car il lui a finalement offert en mourant, une jolie occasion de faire son come-back à Paris, même si sa voix ne porte plus vraiment… Vous ne lirez sans doute ceci nulle part ailleurs, car (en grande partie grâce à Johnny) : Sylvie Vartan… on ne touche pas !

——————-

Marc Weidemann
Rédacteur en chef.

Share.

About Author

Notre fondateur et rédacteur en chef, c'est une longue carrière journalistique : télévision (RTBF), radio: RTBF (Bruxelles Capitale, la Une) BEL RTL... mais aussi dans la presse écrite belge et étrangère. Il avait fondé Fashionfact dans les années 1990, un des pionniers du Lifestyle sur la Toile. Il fut aussi parmi les premiers à présenter les infos quotidiennes et de nombreuses émissions culturelles sur des chaînes télé-internet. C'est un grand intervieweur attentif et humain, qualités qu'on retrouve dans ses articles et émissions enregistrées, comme l'Hôte de Marc. C'est un fin et passionné gastronome... Par ailleurs, il est auteur et metteur en scène de théâtre, ayant marqué Avignon durant trois ans de succès.

Comments are closed.