Très peu, y compris parmi ses fans, auraient misé un euro sur le retour du belge au sein du top 10 mondial aussi vite après sa terrible blessure de Roland-Garros. Moins encore auraient prédit son incroyable « remontada » à l’ATP Race to London et une qualification (actuellement virtuelle) dans la course au Masters, qui réunira en novembre les huit meilleurs joueurs de la planète de l’année ! Et pourtant… Déjouant tous les pronostics pessimistes, qui n’ont pas manqué lors des tournois timides à l’occasion de son retour en septembre, il est plus présent que jamais sur le circuit. Deux finales pour deux titres en quinze jours et la dixième place au classement ATP depuis ce matin, égalant la meilleure position de sa carrière… voilà ce qu’il a réussi, au grand dam de ses (quelques) détracteurs. Les vrais fans sont là dans les moments de défaite comme de victoire et Goffin n’en manque pas…

David Goffin : avant tout un investissement sans faille et un mental d’acier.

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

Et si le natif de Rocourt finissait encore mieux la saison et arrivait à grimper un peu plus dans le top 10 ? Et s’il réussissait à se qualifier directement pour Londres, le rendez-vous annuel de la crème mondiale des courts ? Pourquoi ne gagnerait-il pas encore un titre dans l’un des quatre tournois qu’il lui reste à disputer, peut-être Shanghai, son nouveau rendez-vous ? Il en est capable, car qui aurait dit qu’on le retrouverait à ce niveau, après cet incroyable coup du destin (et de la bâche de fond de court, qui n’avait rien à faire là) et la terrible blessure de l’Open de France ? Nous peut-être, car Clic Infos a toujours cru en David. Depuis la folle demi-finale de Coupe Davis contre l’Australie et son match référence face au géant Nick Kyrgios (alors que tout le monde le donnait perdant), porté par le public belge et une équipe super soudée et solidaire, David effectue un comeback de géant ! Outre ses qualité tennistiques et physiques, c’est surtout le mental du meilleur joueur belge qui force l’admiration de tous sur le circuit, où il est particulièrement aimé et apprécié des plus grands comme des autres. Perdant rarement son calme, claquant très peu de raquettes au sol et toujours d’un fair-play exemplaire, il a le regard du tueur, le poing rageur et un état d’esprit bétonné dans la solidarité en Coupe Davis et dans une volonté à toute épreuve dans sa carrière individuelle. Peu de joueurs auraient pu faire preuve d’autant de stratégie, de maîtrise de soi, de renoncement calculé et de hargne, pour revenir à haut niveau, sans doute le meilleur de sa carrière. Mais il l’a fait et prouve de la plus belle manière qu’il mérite non seulement sa place dans le top 10 ATP, mais qu’il est encore capable de faire mieux.

Les débuts d’un surdoué, que le monde et les belges apprennent à découvrir.

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

David Goffin est né le 7 décembre 1990 (27 ans) à Liège, ou plus exactement à Rocourt. Il est devenu professionnel en 2008 et fête donc en 2017 ses 9 ans de carrière… on peut parier que pour son dixième anniversaire en tant que joueur, il déclenchera un feu d’artifices. Car son parcours est éloquent et permet d’espérer encore de très belles années pour le tennisman belge, dans le top 10 où il peut encore prétendre grimper, c’est certain. Son premier match en tournoi officiel Challenger reste un mauvais souvenir, puisque le futur champion s’est pris un double 6-0… Mais cela ne le décourage pas, que du contraire. Il fait déjà preuve d’un mental de premier ordre et bat son premier top 100 en 2009, le… belge Christophe Rochus. 2010 voit ses premiers titres en « Futures » à Eupen (Belgique) puis Saint-Dizier (France) et il est alors classé 297ème mondial. En 2011, il entre dans la cour des grands grâce à une invitation à l’Open d’Australie, mais abandonne au premier tour. A Wimbledon et l’US Open, il ne franchit pas les qualifications et remporte encore deux tournois Futures. 2012 voit le jeune belge atteindre un quart de finale ATP pour la première fois, mais il perd en trois sets, devant son premier top 10. Il remporte aussi son premier titre Challenger (Guadeloupe). La même année, commence l’histoire d’amour entre David Goffin et la Coupe Davis… puisque contre la Grande-Bretagne, il amène le point gagnant à la Belgique, face à Josh Goodall, en trois sets. Le début d’une longue série… Il intègre ensuite son premier tableau final d’un grand Chelem à Roland-Garros en tant que lucky loser. Il ne perdra qu’en quart de finale, contre Roger Federer qu’il aura poussé au 5ème set, se faisant remarquer du monde entier ! Il fait alors un énorme bond en avant à l’ATP et sa 64ème position lui permet de se qualifier pour ses premiers Jeux Olympiques. A Wimbledon, il arrive au troisième tour et en Coupe Davis, il offre deux points capitaux à la Belgique face à la Suède. Il devient alors 42ème au classement mondial… le début d’une progression ininterrompue.

Depuis 2014 : confirmation des espoirs de tout un pays et naissance d’un Grand.

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

Le belge progresse, perd, gagne, mais marque encore les esprits et tout le monde observe alors David du coin de l’œil, car il se fait régulièrement remarquer sur le circuit. Les pros découvrent aussi un jeune homme concentré mais souriant, battant mais toujours fair-play et respectueux de ses adversaires, des choses qui comptent sur le circuit. Il gagne trois tournois consécutifs hors ATP et remporte alors son premier titre ATP contre le jeune prodige autrichien Dominic Thiem. Quatre tournois, quatre titres sur terre battue ! Il alignera une série de 25 victoires, arrêtée par Jerzy Janowicz. A l’US Open, David atteint le troisième tour et s’incline face au nr8 mondial Grigor Dimitrov, en prenant tout de même un set par 6-0. En Coupe Davis, avec laquelle l’histoire d’amour se poursuit, il sauve la place de la Belgique dans le groupe mondial. A l’Open de Moselle, arrive le deuxième titre ATP et un total de 34 victoires en 36 rencontres… Goffin est alors 33ème à l’ATP. Ensuite, il gagne l’Ethias Trophy et grimpe au 27ème rang du classement. Nouvelle victoire contre Thiem, avec qui il se lie d’amitié, à Bâle en ATP 500 et contre le premier top 10 de sa carrière (Milos Raonic), puis finale contre Federer (ATP 2). Il s’incline certes, mais 43 victoires en 45 matches… ce n’est pas rien. D’ailleurs c’est alors le 22ème rang au classement pour le belge, en pleine ascension. Cette année-là, il est couronné par l’ATP Award du comeback de l’année, décerné par les joueurs eux-mêmes. Une reconnaissance importante pour David, qui marque sa couronne sa moitié de saison exceptionnelle. C’était il y a deux ans seulement et montre à quel point l’évolution de notre champion est impressionnante. Et ce n’est pas fini, puisque 2015 pointe le nez.

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

Début de saison et demi-finale à Chennai, qualification pour les ¼ de finale de Coupe Davis grâce à la victoire contre la Suisse, dans le match ultime. La Belgique est définitivement en amour avec son numéro un ! Quatrième tour à Miami, quart de finale à Munich et puis victoires contre Gulbis, Tsonga, Murray par forfait et 18ème place à l’ATP. Il devient le belge le mieux classé de l’histoire, succédant à Xavier Malisse. Troisième tour à Roland-Garros, finale ATP en France et quinzième place… 1/8ème de finale à Wimbledon, perdu face à Stan Wawrinka, victoire en Coupe Davis contre le Canada et demi-finale. Finale à Gstaad, perdue cette fois, contre Dominic Thiem. Huitièmes encore aux Masters du Canada et de Cincinnati, où David pousse Djokovic au 3ème set. Il abandonne suite à un problème d’estomac, au troisième tour de l’US Open. Et enfin, la semaine suivante, la Belgique l’emporte en Coupe Davis contre l’argentine (David gagne son simple) et se qualifie pour sa première finale depuis… 1904. En 2016, il entame l’année en gagnant le tournoi exhibition de Kooyong et à l’Open d’Australie il atteint les huitièmes, en battant son ami Dominic Thiem et avant de perdre face à Federer. Au Masters d’Indian Wells, Goffin marque à nouveau les esprits, battant en 1/8ème le numéro 4 mondial Stan Wawrinka. En quart il s’offre Marin Cilic et atteint sa première demi-finale d’un Masters 1000. Suit encore une finals dans cette catégorie à Miami, perdue face à Djokovic encore… mais voilà le belge numéro 13 mondial, du jamais vu ! Masters de Rome… David inflige une incroyable « bicyclette » à Thomas Berdych (ATP 8), ce qui n’était jamais arrivé au tchèque de sa toute sa carrière. Premiers ¼ de finale à Roland-Garros, son tournoi préféré et première fois qu’il atteint ce stade en Grand Chelem. Il perd contre… Thiem. Sur gazon, David est en quarts à Halle, puis en huitièmes à Wimbledon. Huitièmes encore au Masters de Toronto et aux Jeux Olympiques de Rio, dans un match épique perdu contre le public et pas sur le terrain… un choc, mais il remonte en selle rapidement. Un US Open à oublier avec une chute au premier tour, puis demi-finale en Moselle et finale à l’Open du Japon (gagné cette année). Quart perdu à Shenzen (qu’il gagne aussi en 2017) face à un Murray intraitable. Demi-finale encore à Anvers devant son public et conclusion d’une belle année 2016 à Londres aux Masters, grâce au forfait du français Monfils. Il termine d’ailleurs aux portes du Top 10, à une magnifique onzième place…

Et enfin 2017 : année maudite autant que bénie…

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

Et cette année, que dire ? Tout commence si bien… exhibition à Abu Dhabi et victoire d’entrée contre Tsonga et même le numéro 1 mondial Andy Murray ! David sera battu en finale sur un très beau match, par un certain… Rafael Nadal. Titre à Kooyong, qu’il remporte pour la seconde fois consécutive. À l’Open d’Australie, il prouve à tous qu’il est en très grande forme. S’offrant cette fois le scalp de son pote Dominic Thiem, il atteint les premiers quarts de grand chelem de sa carrière. Finale aussi à Sofia et une de plus à Rotterdam. Le belge entre pour la première fois au top 10… Historique pour le petit royaume, qui n’avait jamais vu ça et ne cache pas sa fierté et son amour pour son champion ! Après une tournée américaine en demi-teinte, arrive enfin la saison sur terre battue, la préférée de David… Il bat encore Thiem et va en quarts à Monte-Carlo, pour battre pour la toute première fois le nr2 mondial Djokovic. Il dira que c’est la plus belle victoire de sa carrière… avant de s’incliner en demi contre Nadal, démontre qu’il est à nouveau grande forme et retrouve d’ailleurs Rafa en quarts à Madrid, où il perd après une magnifique rencontre. C’est donc avec de très légitimes ambitions que le belge arrive à Paris où il est très aimé et a un quart de finale à défendre, peut-être dépasser au vu son état de forme. Et c’est l’accident incroyable, en se prenant le pied dans une bâche qui n’avait rien à faire là ! Tous les joueurs sont ébahis et furieux contre l’organisation, qu’ils jugent responsable de ce grave accident. Car pour David, c’est la sérieuse blessure et une déchirure musculaire qui le contraint non seulement à l’abandon, mais aussi à suspendre une saison qui avait si bien débuté. Mais David est un battant… et il revient mi-juillet à Umag, où il perdra en quarts de finale. Il met du temps à retrouver son jeu et ses fans s’inquiètent… n’est-il pas revenu trop rapidement sur les courts ? Élimination au second tour à Montréal et au premier à Cincinnati… il réagit à l’US Open où il s’incline seulement en quarts, encore. Puis, arrive cette magnifique et incroyable finale de Coupe Davis, que nous vous avions fait vivre en direct… et un match de référence face au géant Nick Kyrgios, que le belge bat au terme d’un combat de titans en 4 sets. Cette fois le monde le sait et le voit : Goffin a retrouvé son niveau, même s’il est tombé (seulement) à la quatorzième place mondiale. Retrouvant son plus beau tennis, il enchaîne avec un titre ATP à Shenzen (Chine) il y a quinze jours… et un second à Tokyo hier !

Clic ìnfos - David Goffin

Clic ìnfos – David Goffin

L’année n’est pas finie et le meilleur attend peut-être encore notre numéro 1, redevenu ce matin 10ème joueur au monde ! Il lui reste 4 tournois à disputer et il est virtuellement qualifié pour les Masters de Londres en novembre, puisqu’il occupe actuellement la septième place. Le rendez-vous réunit chaque année les huit meilleurs joueurs de la planète pour la saison en cours. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours… mais si David rejoint Londres dans un mois, on pourra dire qu’il est l’auteur de la plus belle « remontada » du tennis mondial depuis bien longtemps. Ne parlons pas de la finale de Coupe Davis, que la Belgique disputera dans quelques semaines face à la France. Là non plus, ne vendons pas… mais espérons ! Et si notre David Goffin national était le petit supplément d’âme qui nous permettrait de soulever pour la première fois de l’histoire du tennis belge le célébrissime Saladier d’Argent ? Quoi qu’en pense un certain Yannick Noah, qui voyait déjà les Bleus en finale contre… l’Australie.

Come on David… Come on Belgium!

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.