Hier soir, comme tout le monde, nous espérions que le bilan resterait vierge de victimes suite au passage dévastateur de l’ouragan Irma sur les Antilles françaises. C’était un peu naïf, puisque beaucoup sur place comparent les dégâts laissés par Irma à ceux d’une bombe atomique. Les îles de Saint Barthélemy et Saint-Martin sont quasiment isolées du reste du monde, même si nous pourrons vous donner plus bas des nouvelles très récentes de certains de nos lecteurs, avec lesquels nous avons réussi à garder contact ces dernières heures. Mais cela pourrait ne pas durer… L’ouragan a donc tué au moins huit personnes et fait de nombreux blessés graves mais, d’après nos derniers contacts avec l’île de Saint Barth, aucune victime ne serait à déplorer dans cette partie des Antilles françaises. Le drame se concentrerait sur Saint-Martin et cela ne manquera sans doute pas de faire débat par la suite, concernant les mesures de reconstruction à prendre… mais l’heure n’est pas aux bisbrouilles et cela viendra bien assez tôt sur la table. Irma, après avoir dépassé Porto Rico longe la République Dominicaine et Haïti, se dirigeant désormais vers les États-Unis où les spécialistes prédisent qu’il sera encore terriblement destructeur.

Nos dernières informations exclusives, en contact direct avec Saint Barth.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Comme nous le disions plus haut, notre équipe a réussi à demeurer en contact avec quelques habitants de l’île durant les dernières 24 heures. Cela devient désormais de plus en plus difficile, mais voilà ce que nous pouvons dire en nous appuyant sur leurs derniers témoignages exclusifs. Nous précisons donc à toute fin utile, que ces informations ne proviennent pas des autorités locales, mais d’habitants qui ne sont pas journalistes. Cela n’empêche cependant pas qu’elles soient fiables et recoupées par nos soins. Notre dernier contact direct avec Saint Barth date de ce jeudi 7 septembre aux environs de 15 heures. Voici ce qui en ressort… Il n’y a pour l’instant plus de distribution d’eau potable et d’électricité dans de très nombreuses zones de l’île et peut-être sur toute sa surface. Les services d’EDF font ce qu’ils peuvent, mais les travaux de dépannage et l’installation de relais éphémères prendront du temps, on parle d’au moins 3 semaines. Presque partout Internet est coupé, ainsi que les lignes de téléphone fixes et portables. À Gustavia (la capitale) pourtant, un réseau de secours est mis en place pour un maximum d’utilisateurs, mais ne permet pas encore à tout le monde de recommencer à communiquer. Partout, de très nombreux toits ont été arrachés par la puissance des vents et dans les zones portuaires de très nombreux bateaux sont également échoués et ont été ballottés comme des fétus de paille. Les installations sont inutilisables en l’état. Les habitants ont constaté d’innombrables destructions de la végétation locale, qui n’a pas résisté à la force des rafales, ayant poussé jusqu’à plus de 350 km/h à certains endroits. Les cimetières de l’île ont également été très gravement endommagés et on risque de faire de bien tristes trouvailles aux alentours dans les prochains jours, ce qui provoque une grande tristesse chez les habitants. À la station-service très connue de Saint-Jean, les pompes à essence ont entièrement disparu sous les eaux. La caserne des pompiers est littéralement engloutie sous un bon mètre d’eau et cela ne facilite pas les opérations de secours, malgré la bonne volonté des soldats du feu. L’aéroport lui aussi, a subi de très nombreux dégâts, ce qui demandera de gros efforts sans doute, en vue de l’arrivée d’avions transportant des hommes et du matériel afin de secourir la population de l’île. Enfin, alors que Saint Barth vit principalement du tourisme grâce à de superbes hôtels et villas de luxe, ils et elles sont très nombreux à avoir subi de graves dégâts aussi. Il est probable qu’un long temps ne s’écoule avant que le tourisme local puisse retrouver quelques couleurs. Nous voulons aussi préciser que, contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, il ne faut pas croire que tous les habitants possèdent justement une de ces magnifiques villas. Ils sont très nombreux à occuper des logements tout à fait standards et à avoir tout perdu en quelques heures… Ce n’est pas donc seulement une île paradisiaque de riches qui a été en grande partie détruite et tout le monde espère désormais que l’État classera rapidement la région en état de catastrophe naturelle, mais aussi que la solidarité se mettra rapidement en œuvre. Tous nos contacts sur place nous confirment qu’il n’y aurait aucune victime sur l’île de Saint Barth. Elles se concentreraient donc uniquement sur la partie française de Saint-Martin, la Hollande n’ayant aucune victime à déplorer, pour l’instant.

La situation officielle à Saint Barth et Saint-Martin : catastrophique.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Tous les témoignages attestent que la situation est cauchemardesque et que la violence d’Irma a atteint des niveaux que les habitants n’avaient jamais vus. En sortant de leurs abris, ils ont donc découvert de véritables champs de ruines. L’ampleur des dégâts est difficile à évaluer, mais elle atteindra certainement des sommets financiers. Le pire est donc passé et c’est désormais l’heure des bilans et de l’action, pour tenter de mettre à l’abri les milliers d’habitants privés de toits, la plupart s’étant littéralement envolés ! De nombreuses voitures gisent retournées un peu partout, quelques toitures solides et fenêtres renforcées ont tenu le coup, mais pas beaucoup… Les Saint Barth (c’est comme cela qu’on appelle les habitants) parlent d’images apocalyptiques. De très nombreux bâtiments qui paraissaient solides se sont purement et simplement effondrés et presque tous les restaurants de la marina ont été avalés par les flots. Les vagues seraient montées jusqu’à des hauteur de 12 mètres ! On retrouve des arbres arrachés partout et la végétation semble avoir beaucoup souffert, confirmant les informations reçues de nos lecteurs de Saint Barth durant ces dernières heures. Presque toutes les petites maisons étant couvertes de tôle ondulée, on en retrouve un peu partout, ce qui représente un réel danger. Parmi les rares touristes présents sur l’île (la saison se termine), témoignent de leur peur au passage de l’ouragan. Ils évoquent des murs qui tremblent, des vitres qui vibrent et des chambres qui ont presque explosé face à la violence du vent et de l’eau. D’après eux, tout ce qui n’était pas construit en « dur » a certainement disparu… A Saint-Martin, les autorités annoncent même que les plus solides bâtiments ont été détruits, ce qui semble confirmer que toutes les maisons et cases traditionnelles ont été emportées. On parle d’une destruction à hauteur de 95% dans la partie française cette île. Du côté hollandais, les dégâts semblent moins désastreux mais cependant importants. Comme nous l’évoquions plus haut, cette différence de bilan risque bien de faire débat, lorsque sera passé le temps de l’urgence et venu celui des décisions pour l’avenir. Les routes sont impraticables à peu près partout et cela ne facilite pas la tâche des secours, qui font de leur mieux pour tenter d’apporter une première aide à la population désemparée. Il y aurait eu quelques scènes de pillage, mais cela serait désormais calme de ce côté. À Saint Barth, de nombreux habitants sont dans une terrible peine, car les dégâts bien que moins énormes qu’à Saint-Martin visuellement, pourraient bien s’avérer aussi dramatiques au final. Chacun tente de s’organiser pour vivre, ou survivre plutôt. Nombreux sont ceux qui se sentent esseulés et coupés du monde. L’État français met sur pied des opérations de secours et des envois de moyens humains et matériel. Nous referons évidemment un bilan de ces actions demain. Pour le moment il est encore trop tôt, mais il semble que le gouvernement ait bien conscience de la gravité de la situation et mette tout en œuvre pour intervenir au plus vite, de manière efficace. Le Président Emmanuel Macron vient de faire savoir qu’il se rendra sur place « dès que possible » et on imagine qu’il faudra attendre que le minimum de sécurité soit garanti, avant que le chef de l’État puisse y atterrir.

Les États-Unis (Floride) sont sur le pied de guerre, entre évacuations et renforts des constructions.

Clic Infos - L'ouragan IRMA - Catégorie 5

Clic Infos – L’ouragan IRMA – Catégorie 5

Au moment où nous publions, après être passé par Porto Rico, l’ouragan longe la République Dominicaine et Haïti. Il y laissera sans doute de nombreux dégâts qui apparaîtront dans les heures qui viennent et se dirige à présent tout droit vers les USA. Comme ce fut le cas dans les Antilles françaises, la population de Floride se rue dans les magasins, pour s’approvisionner en eau potable et en vivres. Les spécialistes américains de la météo prédisent de graves destructions au moment où Irma frappera les côtes floridiennes… Même si les habitants ont l’habitude des ouragans et savent comment renforcer leurs maisons, les autorités ont procédé à l’évacuation des îles « key islands », dont le risque de submersion est évidemment très élevé. L’ouragan devrait frapper les côtes américaines dans la nuit de samedi soir à lundi matin et nul ne sait comment le temps agira sur sa puissance. En tout cas dans le sud de l’état, la circulation vire au rouge face au nombre d’habitants qui tentent de fuir en masse vers le nord et les évacuations de zones à risques se poursuivent à un rythme soutenu, les autorités ne voulant sûrement pas prendre le moindre risque humain.

Nous resterons attentifs à l’évolution d’Irma dans les prochains jours, afin d’informer et de rassurer ceux qui ont de la famille ou des proches à Saint Barth, Saint-Martin et en Floride. Restez connectés sur la page Facebook Clic Infos ou sur Instagram et Twitter. Nous vous rappelons les deux numéros d’urgence mis en place par les autorités françaises : (+33) 1 82 71 03 37 depuis la métropole et (+590) 5 90 99 39 00 depuis les Antilles.

Courage à nos nombreux lecteurs de la région !

PS: à 18:00 (GMT) nous avons encore contact avec un de nos lecteurs, qui séjourne en République Dominicaine, où vivent ses parents. Ils se sont préparés soigneusement et se mettent désormais à l’abri. Le vent commence à souffler violemment… Irma approche à grands pas. Ils garderont le contact aussi longtemps que possible, car ils craignent une coupure rapide d’internet, l’électricité venant d’être interrompue. Ils ont promis de reprendre contact dès que possible si la coupure survient, afin que nous puissions rassurer ceux parmi vous qui ont des amis ou des proches là-bas. (Merci Franck Desmis).

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.