Ce samedi soir, le premier ministre belge Charles Michel a acté la départ de la NVA du gouvernement. Le parti de Bart de Wever quitte donc la "suédoise" sur le Pacte de l'ONU pour une immigration responsable et fait chuter le gouvernement en place depuis quatre ans. Charles Michel ira à Marrakech signer le pacte au nom de la Belgique et d'une "alliance responsable orange-bleue" a déclaré le Premier dans une conférence de presse à l'issue du Conseil des Ministres restreint de samedi soir. Il mènera des consultations politiques à son retour du Maroc.

Depuis que le scandale Harvey Weinstein a éclaté, un nouvel hashtag a été lancé et si on peut comprendre pourquoi sans restriction aucune, était-ce pour autant le bon choix ? Je parle des mots bien sûr, pas de la raison qui a présidé à son lancement. A l’heure où tout se règle sur internet et les réseaux sociaux, y compris les plus sales comptes, il y a des raisons de croire qu’une foultitude de harceleurs y seront dénoncés, mais aussi à coup sûr… des gens qui n’ont rien fait, si ce n’est d’être détestés par l’un ou l’autre. Il y a de fortes probabilités que bien des signatures féminines cacheront en fait des hommes, décidés à se venger de tel ou tel rival et dans quelque domaine que ce soit.

Et pourquoi pas plutôt : #balancetonharvey ou #balancetonweinstein ?

Clic Infos - #balancetonporc

Clic Infos – #balancetonporc

Tout d’abord, quand on lance un appel public à l’accusation (action de dénoncer quelqu’un ou quelque chose, à la justice, à une autorité – Larousse) … on récolte très souvent la délation (dénonciation intéressée, méprisable, inspirée par la vengeance, la jalousie ou la cupidité – Larousse). Si on s’en tient aux définitions de mon dictionnaire préféré, il est question de justice, mais aussi d’autorité. Et c’est alors que les choses se corsent ! Car, quelle est ici l’autorité, si ce n’est nous ? Oui, nous… les internautes, le public, les médias… et que ferons-nous de cette autorité, de ce pouvoir en fin de compte ? L’utiliserons-nous à bon escient ou la campagne deviendra-t-elle ingérable, une terrible déferlante de délation, de fausses accusations, de vengeances masquées par l’anonymat ? L’hashtag #balancetonporc n’est peut-être pas bien choisi, si on ne parle que vocabulaire. En effet, on ne peut pas dire que ces mots appellent à la mesure : gros porc, sale porc, tu n’es qu’un porc, t’es bien homme… un vrai porc, comme tous les autres… De même pour balance à la place de dénonce. On peut dire que cela appelle d’emblée à la colère, à l’insulte, non ? Mais, est-ce vraiment ce que cherchait la personne qui l’a lancé ? N’était-ce pas plutôt un appel à dénoncer des faits, qui sont inadmissibles et effectivement à révéler sans hésitation ? Pourquoi alors, ne pas avoir plutôt appelé un chat… un chat et lancé un hashtag plus clair : #balancetonharvey ou #balancetonweinstein, par exemple ? Ce n’eut pas été de la délation ni une utilisation illégale du nom du producteur américain, puisque dans le monde entier, sur la toile et dans tous les médias, ce nom est devenu synonyme d’harceleur, voire de violeur. Si harceleur semble prouvé par la multitude des témoignages et leur précision, violeur ne peut encore être utilisé sans risque de rappel à la loi, puisqu’en l’occurrence il n’y a pas (encore) de condamnation. Ceci étant dit, on voit mal Weinstein attaquer les millions d’internautes et les centaines de journalistes qui utiliseront ce surnom à son encontre dans les prochaines semaines… Pourtant, concernant le choix de l’hashtag, la prudence eut penché en faveur de #balancetonharvey ou #balancetonweinstein, puisque le monde entier utilise désormais ce prénom pour décrire un harceleur sexuel et que justement, ce n’est qu’un prénom.

Une insulte aux cochons ?

Clic Infos - #balancetonporc

Clic Infos – #balancetonporc

Certes, les porcs n’ont en général pas de prénom et il n’y a donc aucun risque juridique en ce qui concerne l’utilisation du mot et de l’image du sympathique animal, qu’aiment tant d’enfants. Les personnages de Porcinet ou Miss Piggy pourraient bien s’en offusquer… Mais, trêve de plaisanterie, l’utilisation de l’hashtag dénonçant les hommes (ou les femmes) aux comportements sexuels harcelants ne fait pas plaisir à tout le monde et qui aurait pensé à ce qui suit ? Un journaliste défenseur des animaux, ancien végétarien devenu vegan, n’apprécie pas du tout cette utilisation du mot porc. Aymeric Caron, ancien chroniqueur télé (On n’est pas couché) et auteur de deux ouvrages (No Steak en 2013 et Antispéciste en 2014) se rebiffe. Pour les non-initiés, l’antispécisme (par opposition au spécisme) est un mouvement qui prône l’égalité entre espèces et donc entre les êtres humains et les animaux. Pour les eux, ils doivent donc être traités avec le même respect que les hommes et ont exactement les mêmes droits… Je ne juge pas la valeur de cette idée, je la cite uniquement parce qu’elle est utilisée en réaction au sujet que je traite. L’auteur, qui philosophe ici un peu, estime donc qu’évoquer le porc en parlant d’agression sexuelle et une insulte pour le cochon, dans son acception globale.

Attention à la déferlante d’accusations mensongères.

Clic Infos - #balancetonporc

Clic Infos – #balancetonporc

Comme je le disais plus haut, le risque est d’assister rapidement à une véritable déferlante de fausses accusations. Bien entendu, loin de moi l’idée de diminuer l’importance du harcèlement ou des agressions sexuelles. Chacun de ceux qui ont vu une de mes pièces de théâtre (©Le Cri – 2007) savent que j’ai connu l’un comme l’autre, dès mon enfance. Ce n’est donc pas moi qui trouverai la moindre excuse à ces… porcs. Car c’est vrai, c’est bien le premier mot qui vient à l’esprit. Pour ma part, je les ai baptisés impardonnables. Mais pour les dénoncer, un hashtag tel que #balancetonporc est-il vraiment ce qu’il y a de mieux ? Au niveau de la syntaxe je veux dire… On m’accuse parfois d’accorder trop d’importance aux mots, mais je suis certain que c’est important. Si on lance un appel au travers d’une formule haineuse (même si la haine ou la colère sont justifiées), on ne peut que récolter des réponses haineuses. Alors bien sûr, il y aura de nombreux harceleurs dénoncés au travers de cet hashtag. Mais il suffit de jeter œil sur les innombrables messages qu’il a déjà engendrés, pour comprendre qu’on a ouvert non seulement une boîte de Pandore (ce qui peut être utile), mais aussi un véritable portail donnant libre accès à tous les excès. S’il est vrai que les coupables devraient être jugés et condamnés, est-il pour autant permis de détruire la vie d’un seul innocent ? Et quand je dis un seul, nous savons tous que ce sera bien plus que ça ! Il n’est de pire accusation que celle d’harceleur, de violeur, de délinquant sexuel ou de pédophile. Combien de fois ce dernier mot est-il utilisé pour « dénoncer » des gens qui n’ont rien fait, juste pour se venger d’autre chose lâchement, parce qu’après l’affaire Dutroux c’était devenu la pire des accusations ? Depuis les retentissantes affaires qui ont touché Dominique Strauss Kahn il y a quelques années et encore plus depuis la semaine dernière et le scandale Weinstein, « harceleur » ou « violeur » ont pris la tête du terrible classement des pires choses dont on puisse accuser quelqu’un. Ne nous faisons pas la moindre illusion, ne soyons pas hypocrites et acceptons le risque que de nombreuses calomnies viendront inonder #balancetonporc ! Et si on accepte ce risque, que peut-on faire pour le contrer ? Je ne suis pas certain que qui que ce soit ait prévu une réponse… et ça, c’est vraiment effrayant. Ne l’oublions pas et rappelons-nous que les mots ont une puissance terrible et qu’ils peuvent tuer… surtout quand ils touchent un innocent. Et il y en aura dans cette histoire, c’est une certitude. Mais qu’en ferons-nous ?

Je sais que je suis parfois l’emmerdeur de service, mais est-ce que quelqu’un a pensé à ceci : une fois que des milliers de porcs auront été dénoncés… combien seront condamnés ? À mon humble avis, pas une seule de ces dénonciations n’aura la moindre valeur devant la justice, surtout que l’immense majorité sont anonymes. Vous me direz que cela aura permis à des milliers de victimes de s’exprimer… mais êtes-vous bien convaincus qu’un message sur Twitter est vrai soulagement, ou devrions-nous tenter de trouver une mise en œuvre plus sérieuse contre les coupables, en veillant à épargner les immanquables innocents, qui seront forcément embarqués sur le chemin de la colère ?

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.