Dans la nuit de samedi à dimanche, la Belgique et la France passeront à l’heure d’été, comme le reste de l’Union européenne. À 2 heures il sera donc… déjà 3 heures. Et hop, contrairement au passage à l’heure d’hiver, ce seront soixante minutes de sommeil que nous « perdrons » cette fois, pour gagner en clarté durant la soirée. L’heure d’hiver reviendra à son tour dans la nuit du 28 au 29 octobre prochain. C’est une directive européenne qui fixe depuis 2001 une date et un horaire identiques dans toute l’Union, pour déterminer le début et la fin de la période dite de « l’heure d’été ». Cependant, le Parlement Européen a demandé en février dernier une évaluation détaillée du changement d’heure semestriel à la Commission européenne. Certains eurodéputés jugent en effet le passage à l’heure d’été totalement obsolète… de même que de nombreux citoyens d’ailleurs. Il faut dire qu’il a été créé en pleine crise pétrolière et que la situation a bien changé.

Les origines du changement d’heure…

L’heure d’été est un système consistant à ajuster l’heure locale officielle, en ajoutant une heure à celle du fuseau horaire dit normal (qui prévaut en hiver), pour une période allant généralement du début du printemps au milieu de l’automne. Cela a pour effet de retarder l’heure à laquelle le soleil se lève et se couche. L’heure d’été est principalement utilisée dans les régions tempérées, où les variations saisonnières de luminosité rendaient cette mesure pertinente. Pour l’Europe, la période s’étend du dernier dimanche du mois de mars jusqu’au dernier dimanche d’octobre. En Amérique du Nord et depuis 2007, cette période estivale débute dans la nuit du deuxième dimanche de mars, tandis que le retour à l’heure d’hiver se fait le premier dimanche de novembre. L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre, afin de profiter plus tard de la lumière solaire pendant la période estivale. Cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et fortement mise en doute par la Commission Européenne, qui parle d’économies relativement limitées. D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales. Lors du passage à l’heure d’été, les horloges sont avancées de soixante minutes, entre minuit et 4 h du matin selon les pays, de sorte qu’on dit qu’une heure de sommeil est perdue. Lors du passage à l’heure d’hiver, les horloges sont retardées de soixante minutes et une heure de sommeil est donc gagnée.

Mauvais pour la santé ? Fausses économies ?

Dans la résolution examinée dernièrement et visant à revoir entièrement le système, les parlementaires font référence à de nombreuses études, toutefois sans conclusions concrètes et définitives, qui indiqueraient l’existence d’effets négatifs du changement d’horaire sur notre santé et particulièrement celle des enfants ou des personnes dites faibles. « Le changement n’est essentiellement pas bon pour l’organisme et surtout pas bon pour les personnes qui ont une horloge biologique rigidifiée », explique un spécialiste du sommeil travaillant au Centre européen de psychologie médicale à Bruxelles. Pour s’adapter le mieux possible à ce changement d’heure, il est surtout conseillé d’avancer de manière progressive l’horaire du coucher ainsi que celui du lever, de s’exposer le plus vite possible à la lumière du jour après le réveil, ou encore de faire de l’exercice physique tôt le matin. On conseille cela aussi aux parents de jeunes enfants et aux personnes qui ont en charge un senior. Finalement, chaque année le même débat revient sur la table, avec toujours les mêmes interrogations. Partisans comme opposants à l’alternance, sont toujours convaincus qu’ils ont raison. Sans doute que chaque camp est en partie dans le vrai et en partie dans l’erreur… Mais finalement, c’est toujours la question financière qui revient à l’avant-plan. Est-ce que les économies sont réelles en fonction du changement d’heure ? Rien n’est moins sûr et les chiffres produits par les uns et les autres se contredisent constamment. Nous ne sommes sans doute pas, nous pauvres citoyens, aptes à répondre à cela et à donner une opinion ferme et définitive, chaque « école » ayant des arguments qui peuvent sembler fort convaincants. Nombreux sont les partisans d’un retour à la « vraie heure », à savoir celle d’hiver…

Les éleveurs disent les vaches sensibles au changement d’heure.

Et parmi ceux qui n’apprécient pas trop ce changement intervenant deux fois par an, on trouve les éleveurs de bétail…  Ils sont assez nombreux à affirmer que cela a des conséquences sur leurs troupeaux et particulièrement concernant leurs vaches. Il semblerait qu’elles y soient en effet très sensibles. Elles montreraient des signes de fatigue, seraient perturbées durant plusieurs jours et produiraient moins de lait pendant une période que personne n’a jamais vraiment pu évaluer avec précision. Mais les éleveurs sont convaincus de la nocivité du passage à l’heure d’été, surtout. Concernant les humains et particulièrement les enfants, les conséquences ne devraient pas être fort importantes, mais certains parents affirment malgré tout que leurs enfants montrent quelques signes de nervosité et de fatigue. Il semble que dans ces cas-là, ce soit surtout une question de gestion du coucher et du lever. Mais, c’est dans chaque famille qu’il faut gérer ce changement au mieux, même s’il semble plutôt logique qu’une petite heure de différence n’ait pas de conséquences importantes sur notre organisme. Cela revient au bout du compte à un petit décalage horaire d’une heure, comme lorsqu’on effectuait un trajet jusque Londres… Peut-être que ces débats ont une sorte d’effet placebo et ils permettent en tout cas aux médias et aux familles d’occuper deux fois par an une heure de débat autour de la table du dîner. En tout cas, personne ne semble risquer vraiment de mettre sa santé en danger en avançant ou en reculant sa montre tous les six mois. Il y a d’ailleurs un petit moyen mnémotechnique très simple pour se souvenir de ce qu’on doit faire (avancer ou retarder sa montre). L’adage populaire dit : en octobRE on REcule d’une heure… et en AVril (même si parfois ça tombe fin mars, comme cette année) on AVance d’autant ! Et ça au moins, ça n’appelle aucune discussion en famille et c’est facile à comprendre.

Bon weekend et bon changement d’heure… samedi soir en allant vous coucher, n’oubliez donc pas d’AVancer votre montre de 60 minutes… En ce qui concerne vos ordinateurs, tablettes et smartphones, ils le font automatiquement. C’est déjà ça !

Share.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.clicinfos.com comme source. Merci. La Rédaction en ligne.

Comments are closed.